Gaz: l’unification du marché français se précise

Le 27 juillet 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Deux nouveaux gazoducs ont été posés pour unifier le marché français.
Deux nouveaux gazoducs ont été posés pour unifier le marché français.
GRTgaz - Philippe Dureuil

Si les nouveaux gazoducs progressent comme prévu, la TRF entrera en vigueur le 1er novembre prochain, rappelle la Commission de régulation de l'énergie.

 

Il fut un temps pas si lointain où l’Hexagone comptait non pas un, ni deux mais sept marchés régionaux du gaz naturel. Sous l’égide de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), voilà plusieurs années que les acteurs se préparent à une organisation différente: le marché unique. Dans le jargon des gaziers, on parle de la ‘Trading région France' ou TRF.

divergences nord-sud

Ce n’est pas là un caprice d’économiste libéral. Depuis des décennies, la France est alimentée en gaz par le nord (gazoducs en provenance de Norvège, des Pays-Bas et de Russie). Or la capacité des réseaux de transport nord-sud étaient insuffisante pour garantir une égalité des prix entre les deux extrémités du pays. Résultat: on pouvait observer des divergences de prix de 300 millions d’euros par an entre le nord et le sud, rappelait récemment la CRE. Sans compter les coûteuses congestions.

Vendredi 27 juillet, le gendarme des marchés tricolores de l’énergie et du carbone a publié une délibération relative au fonctionnement de cette zone, qui sera normalement inaugurée le 1er novembre prochain.

Val-de-Saône

Pour assurer un bon équilibre entre l’offre et la demande dans toutes les régions et une baisse du nombre ‘d’embouteillages’, les deux gestionnaires des réseaux de transport de gaz (les gros gazoducs) ont investi plus de 820 M€ dans de nouvelles infrastructures. GRTGaz met la dernière main à l’artère Val-de-Saône, un tube d’acier de 1,2 mètre de diamètre, long de 188 kilomètres, qui reliera Etrez (Ain) à Voisines (Haute-Marne), mais surtout augmentera les flux entre le nord et le sud du pays.

Gascogne-Midi

Au sud, Terega (ex-TIGF) achève la mise en service de Gascogne-Midi, un gazoduc de 62 km qui augmentera les capacités de transport de gaz entre l’Espagne (exportatrice) et la Nouvelle-Aquitaine. Avec une capacité cumulée de 220 gigawattheures par jour (GWh), les deux tubes vont accroître de 42% les capacités de transport de gaz entre le nord et le sud.

Si les chantiers progressent à la vitesse prévue (un doute persiste sur celui de GRTGaz), la TRF devrait donc entrer en vigueur le 1er novembre prochain.

Baisse des coûts

Qu’espérer de cette réforme du marché français du gaz? Parce que la circulation du gaz naturel sera plus fluide entre le nord et le sud, les gros consommateurs (directement raccordés aux réseaux de transport) devraient réduire leurs coûts énergétiques. Dès la Toussaint, ils ne paieront plus l’accès qu’à un seul réseau, contre deux précédemment. En outre, l’unification des deux zones mettra un terme au différentiel de prix que l’on observait jusqu’alors entre les deux marchés.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus