Gaz de schiste : « il ne faut pas légiférer dans la précipitation »

Le 04 mai 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Est-il trop tôt pour prendre un texte sur le gaz de schiste? C’est ce que pense le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, qui a déclaré le 3 mai qu’il aurait été préférable d’étudier la proposition de loi «après la remise du rapport de la mission d'information».
 
Pour rappel, l’Assemblée nationale a lancé le 2 mars dernier une mission d’information sur les gaz de schiste (dans le JDLE) afin d’étudier «les enjeux économiques de l’exploitation des ressources du territoire national» et «les risques environnementaux induits par les techniques de forage horizontal et de fracturation hydraulique sur la roche». François-Michel Gonnot (UMP) et Philippe Martin (PS), les députés aux manettes, doivent rendre leur rapport le 8 juin prochain.
 
La proposition de loi de Christian Jacob (UMP), pour laquelle l’urgence a été déclarée (dans le JDLE), doit être discutée aujourd'hui 4 mai au sein de la commission du Développement durable de l’Assemblée. Elle sera examinée le 10 mai en séance plénière.
 
Pour Bernard Accoyer, «il faut respecter le principe de précaution mais ménager l'avenir». Le chef de l’Etat, quant à lui, ne juge pas le calendrier trop serré et a invité la majorité «à ne pas avoir d’état d’âme sur cette question», rapporte le Figaro le 4 mai.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus