Gaz de schiste : Halliburton assigné par l’EPA

Le 10 novembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a assigné le géant de l’énergie Halliburton pour ne pas avoir fourni, dans les délais requis, les informations sur les produits chimiques utilisés dans l’extraction du gaz naturel par fracturation hydraulique, selon un communiqué du 9 novembre.

 

Cette technique consiste à injecter à forte pression de grands volumes d’eau, de sable et de produits chimiques dans les roches souterraines afin d’en extraire du pétrole et du gaz naturel. Elle s’est beaucoup développée aux Etats-Unis ces dernières années, car elle permet d’exploiter les gisements de gaz de schiste, que l’on pensait jusqu’alors inaccessibles.

 

Dans le cadre de son enquête, commanditée par le Congrès, sur les potentiels impacts sanitaires et environnementaux de cette technique, dite de « fracking », l’EPA avait réclamé le 9 septembre dernier à 9 entreprises gazières de lui fournir de telles informations [voir le JDLE]. Cette technique est en effet suspectée de polluer les eaux souterraines. Les 8 autres entreprises ont répondu à la requête de l’EPA.

 

Halliburton a répondu avoir déjà fourni 5.000 pages de documents à l’EPA, selon Reuters. Des informations insuffisantes pour identifier les risques que pourraient entraîner les mélanges de substances chimiques pour les ressources d’eau potable, a cependant répondu l’Agence.  

 

L’industriel n’a pas non plus répondu aux demandes concernant les procédures d’opération standards guidant le choix et les volumes de substances chimiques et d’eau utilisés dans l’extraction du gaz, ainsi que les lieux exploités l’année précédente et planifiés pour la suivante.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus