Gaz de schiste: des réserves anglaises volontairement gonflées?

Le 26 septembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La nouvelle était-elle trop belle pour être vraie. Cuadrilla Resources annonçait il y a quelques jours (voirJDLE) la découverte d’un très important gisement de gaz de schiste dans le Lancashire, au nord-ouest de l’Angleterre. Mais les géologues experts de l’exploration pétrolière ont quelques doutes sur les chiffres avancés par la compagnie australienne qui, jusqu’à présent, n’a foré que deux puits dans la région.

Car même si Cuadrilla Resources déclare avoir pris en compte les données fournies par ces deux puits forés dans la même zone il y a 10 à 15 ans, les chiffres avancés quant aux réserves de gaz de schiste exploitables dans la région de Blackpool n’ont pas encore été vérifiés par des experts indépendants. Et déjà certains d’entre eux émettent quelques doutes quant aux volumes faramineux présentés à la presse et transformant cette région anglaise en un nouvel eldorado du gaz de schiste. Ainsi Jeffrey Callard, professeur assistant à l’école du pétrole de l’université de l’Oklahoma, doute de la capacité d’extrapoler à partir de si peu de puits. Steve Holditch, professeur en science du pétrole à l’université du Texas déclare, quant à lui, qu’il est nécessaire de forer des douzaines de puits pour obtenir une estimation raisonnable du volume des réserves.

Cuadrilla Resources semble coutumière du fait. L’un des copropriétaires de la compagnie, qui possède 41% des parts de la société et 25% des concessions du bassin de Bowland (Lancashire), aurait, lors d’une précédente annonce, déjà doublé les estimations publiées la semaine dernière.

 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus