Gaz de schiste: des fermiers polonais se lèvent contre Chevron

Le 10 juin 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une capture d'écran des images filmées en permanence par les opposants polonais.
Une capture d'écran des images filmées en permanence par les opposants polonais.

«Occupy Chevron Un mouvement de colère enfle depuis une semaine dans deux petites communes rurales (Zurawlow et Rogow) à l’extrême nord-est de la Pologne –à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne- depuis que le pétrolier américain Chevron est revenu pour faire valoir ses droits sur des parcelles dont le sous-sol recèlerait du gaz de schiste. «Sous la protection d’agents de sécurité, et dans une très forte tension, Chevron a pris possession d’une parcelle située sur la concession de Grabowiec [où il avait mené une campagne d’exploration sismique il y a plusieurs mois] en vue d’y installer une clôture et de pratiquer à terme un forage sur place», décrivent les collectifs et associations français contre les gaz de schiste et de houille dans un communiqué. Selon les habitants, seuls des tests sismiques seraient autorisés sur cette concession, et ce jusqu’au 6 décembre 2013; l’autorisation pour des tests de forage aurait été annulée en juin 2012. Chevron n’a donc aucune légitimité à effectuer ces travaux, estiment les paysans polonais, qui campent nuit et jour sur place. Ils ont d’ailleurs installé une caméra qui retransmet 24 heures sur 24 ce qui se passe sur le site.

 

«Les paysans disent que la situation avec Chevron ressemble à ce qui se passait pendant le communisme», tweete le réalisateur britanico-polonais Lech Kowalski, présent sur place. Il avait tourné en 2009 un documentaire sur ces terres, «La malédiction des gaz de schiste», dans lequel il racontait «les fissures dans les murs des fermes, la pollution des eaux, les bulldozers investissant des champs à quelques dizaines de mètres des habitations» depuis l’arrivée des firmes américaines auxquelles l’Etat polonais a concédé plus de 60 permis d’exploration. En janvier 2013, il déclarait au quotidien Libération que «les responsables de Chevron n’ont jamais voulu nous parler, ni aux agriculteurs ni à moi. Les raisons pour lesquelles ils ont renoncé à forer sur la commune de Rogów restent donc un mystère. Sur le hameau adjacent, Zurawlow, c’est sans doute parce qu’ils avaient procédé de manière illégale et craignaient la mauvaise publicité». Des atermoiements qui n’auront pas duré, puisque revoilà le pétrolier, bien décidé à faire valoir ses droits.

 

Reste à savoir si cela en vaut la peine. Le service statistique du département américain à l’énergie (EIA) vient de publier une nouvelle estimation mondiale des réserves de gaz de schiste. Fer de lance de l’économie américaine, enjeu géostratégique majeur pour la Russie, la Pologne est également la tête de pont européenne des tenants de l’exploitation du gaz de schiste. L’estimation de ses réserves –et la décision d’exploiter qui pourrait en découler- constitue un enjeu crucial pour le développement de cette industrie sur le continent. Or les réserves estimées ont été revues à la baisse ces derniers mois. «L’exploration initiale a confirmé le potentiel de la ressource mais suggère que la nature des réservoirs est plus compliquée qu’anticipé par l’industrie. Des nouvelles données collectées depuis notre évaluation de 2011 montrent une réduction de 20% des prévisions de l’EIA en Pologne, sur une base énergétique équivalente.» Une trentaine de forages verticaux d’exploration ont été réalisés, auxquels s’ajoutent une demi-douzaine de puits de test verticaux et deux puits horizontaux. «Néanmoins, les premiers résultats sont décevants», écrit l’EIA. ExxonMobil a abandonné, l’an passé, pendant que ConocoPhillips et Chevron sont en train de se retirer du jeu après des premiers tests non concluants. Mêmes constats pour Marathon et Talisman. «Dans le même temps, le gouvernement débat autour de l’idée de revenir sur des conditions favorables à l’investissement dans le secteur et à augmenter les taxes», note l’agence américaine. L’Eldorado européen n’est donc plus si alléchant.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus