Gaspillage alimentaire: une lutte réduite à la sensibilisation

Le 16 octobre 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un poids lourd: 20 kg/hab/an
Un poids lourd: 20 kg/hab/an

Alors que se tient, ce 16 octobre, la journée mondiale de lutte contre le gaspillage alimentaire, les premiers résultats du pacte national signé le 14 Juin 2013 s’avèrent décevants.

 

Le gaspillage alimentaire pèse toujours aussi lourd dans l’Hexagone: environ 20 kilogrammes par habitant et par an, dont 7 kg d’aliments encore emballés, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Cela représente aussi 400€ par an et par foyer. Au niveau mondial, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime qu’il pèse 1,3 milliard de tonnes par an, soit un tiers de la production alimentaire totale. La planète doit absorber par la même occasion 3,3 Mdt équivalent CO2 d’émissions annuelles de gaz à effet de serre.

 

Un engagement très général

Lancée il y a plus d’un an, la première initiative nationale de lutte contre ce gaspi n’a guère porté ses fruits. L’objectif est de réduire de moitié le gaspillage en 2025 (un objectif déjà fixé par le Parlement européen). Sans pour autant s’en donner les moyens. La première mesure visait ainsi à créer une journée nationale spécifique tandis que l’action-phare consistait à remplacer, dès décembre 2014, la mention DLUO[1] –confondue avec la DLC[2]- par la mention «à consommer de préférence avant». Aucun dispositif n’est encore venu la mettre en pratique. De son côté, la Commission européenne prépare seulement des restrictions à la DLUO, notamment concernant le riz, les pâtes et le café.

Autre décision: les collectivités locales, représentants agricoles, agroalimentaires, des marchés de gros, de la grande distribution et de la restauration étaient invités à s’engager à lancer des actions de sensibilisation et à récupérer et transformer les invendus. 29 organisations ont signé ce pacte dès juin 2013. Deux nouvelles structures ont été enregistrées depuis.

 

«Lever les verrous»

«Il faut accélérer la lutte contre le gaspillage alimentaire en levant les verrous qui existent encore», lance Guillaume Garot, l’ancien ministre délégué en charge de l’agroalimentaire, à l’origine du premier engagement de l’Hexagone signé en juin 2013. «Cela passe par la clarification des règles pour les dons alimentaires et pour les dates de consommation, par de nouvelles mesures pour l’achat des collectivités publiques, par la généralisation du ‘doggy bag’, par l’éducation des enfants à la cantine et par la mobilisation de la grande distribution et des commerces», énumère le député socialiste de Mayenne.

 

Transparence en amont?

Signataire du pacte, la fédération France Nature Environnement (FNE) estime que «les progrès sont minces». «L’objectif de réduction semble difficile à atteindre puisque, dans plusieurs secteurs d’activité, nous ne disposons pas de données chiffrées: pertes dans les champs et les vergers, au cours de la transformation, de la distribution, des transports… Les acteurs de l’amont restent réticents à communiquer leurs propres informations», explique-t-elle.

De son côté, l’association Zero Waste France[3] note que c’est le gouvernement lui-même qui a rejeté les amendements visant à supprimer la DLUO, déposés dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique (PLTE). «Il serait pourtant possible d’aller plus loin en allongeant la DLC de nombreux aliments», remarque Manon Cuillé, chargée de mission.

 

La députée écologiste de Dordogne Brigitte Allain a aussi annoncé qu’elle allait déposer, dans les prochains mois, une proposition de loi à l’Assemblée nationale «pour aller au-delà des plans et passer à l’action».

 

Pour l’heure, la journée reste marquée par des actions de sensibilisation sur tout le territoire, et par la remise d’un prix anti-gaspi au ministère de l’agriculture.



[1] Date limite d’utilisation optimale

[2] Date limite de consommation

[3] anciennement Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid)

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus