G20: vers un arrêt des subventions aux carburants fossiles?

Le 29 septembre 2009 par Sonia Pignet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans le communiqué final du G20 qui s’est tenu à Pittsburgh (Etats-Unis) en fin de semaine dernière, les dirigeants annoncent leur volonté d’éliminer progressivement, à moyen terme, les subventions aux carburants fossiles, qui encouragent le gaspillage, freinent notamment «les investissements dans les sources d’énergie propres et sapent les efforts pour faire face à la menace du changement climatique». Si le texte n’indique pas de date butoir pour la suppression de ces aides, il indique que les ministres des finances et de l’énergie du G20 doivent élaborer des calendriers et des stratégies pour atteindre cet objectif, et qu’un bilan d’étape sera présenté lors du prochain somment du G20 par les chefs d’Etat et de gouvernement (l’an prochain au Canada).

Les Amis de la terre, qui s’étaient mobilisés sur ce sujet (1) en début de G20, «se réjouissent de l’annonce (…) mais craignent que cette mesure ne vise que les consommateurs en oubliant les subventions aux multinationales productrices de fossiles», indiquent-ils dans un communiqué. Dans leur dernier rapport, les Amis de la terre révélaient que «la Banque mondiale a doublé ses financements aux fossiles en 2008, tandis que la Banque européenne d’investissement (BEI) a investi 4 fois plus d’argent dans les fossiles que dans le solaire, l’éolien et le bois biomasse réunis ces 5 dernières années». L’association appelle les dirigeants du G20 à «arrêter le principe du pollueur payé» en interdisant les soutiens publics à la production d’énergie fossile.

(1) Dans le JDLE «Institutions financières internationales: investissements très carbonés»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus