Fukushima perd ses eaux

Le 05 décembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une nouvelle fuite de liquide radioactif se déversant en partie dans l'océan Pacifique a été détectée à la centrale accidentée de Fukushima, a annoncé, lundi 5 décembre, l'exploitant du site Tokyo Electric Power (Tepco).
 
Des techniciens ont été dépêchés sur les lieux pour trouver la cause de cet écoulement qui s'est produit à proximité d'un système de décontamination des eaux usées, a précisé Tepco. Une nappe de 45 tonnes d'eau polluée a été découverte autour d'un condensateur, et une barrière de sacs de sable a été dressée à la hâte pour empêcher l'eau de s'échapper.
 
La majeure partie du liquide contaminé est restée à l'intérieur du bâtiment abritant le système de décontamination, mais quelque 300 litres auraient coulé vers un caniveau débouchant dans l'océan, a indiqué un responsable de Tepco. L'eau contenait du césium 137, de l'iode 131, et peut-être du strontium 90, «à des niveaux similaires ou légèrement supérieurs à ceux détectés dans l'eau de mer près du site nucléaire», a-t-il ajouté.
 
«Nous allons continuer notre enquête sur le problème survenu au système de décontamination», a indiqué le porte-parole. Dans les semaines qui ont suivi l'accident du 11 mars, Tepco a déversé 10.000 tonnes d'eau radioactive dans l'océan Pacifique. Les tests effectués par la suite ont démontré que la radioactivité s'était plus ou moins dispersée en mer.
 
Tepco a précisé que cette fuite n'allait pas l'empêcher de parvenir d'ici la fin du mois à un arrêt à froid des réacteurs, c'est-à-dire au maintien stable du combustible nucléaire sous la barre des 100 degrés Celsius.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus