Fukushima: ouverture de plusieurs enquêtes criminelles

Le 02 août 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les explosions remontent à mars 2011
Les explosions remontent à mars 2011

 Alors que la contestation anti-nucléaire ne faiblit pas dans l’archipel, la justice japonaise vient d’ouvrir une enquête criminelle, suite à la catastrophe de Fukushima.

Après le dépôt de nombreuses plaintes, les procureurs des districts de Tokyo, Fukushima et Kanazawa ont décidé de poursuivre leurs investigations.

La justice tokyoïte pourrait poursuivre 26 responsables de Tepco (la compagnie électriques exploitant Fukushima) ainsi que le ministère de l’éducation pour avoir exposé des personnes aux radiations.

A Fukushima, le procureur va instruire une action collective pour «négligence», engagée par 1.300 personnes, contre les anciens présidents de Tepco et de l’autorité de sûreté nucléaire.

L’ancien premier ministre, Naoto Kan, pourrait lui aussi être poursuivi pour n’avoir pas su éviter les explosions d’hydrogène qui ont soufflé les trois premiers bâtiments réacteurs de la centrale nucléaire accidentée.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus