Fukushima: les victimes se rebellent

Le 28 août 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des marins du Ronald Reagan réclament 40 millions de dollars de dommages et intérêts à Tepco.
Des marins du Ronald Reagan réclament 40 millions de dollars de dommages et intérêts à Tepco.
US Navy

Les radiations et le statut de réfugié, ça commence à bien faire. Plusieurs groupes de personnes évacuées suite à la catastrophe de Fukushima ont annoncé, mardi 27 août, leur intention de demander réparation devant la justice.

Au total, ce sont 140 particuliers, qui vivaient dans des villes et des villages situés dans la zone d’exclusion, qui vont porter plainte contre Tepco —l’exploitant de la centrale accidentée— et le gouvernement japonais. Ils reprochent à l’industriel de ne pas avoir pris les précautions nécessaires —ce qui est avéré— pour minorer les risques d’accident et à l’administration nippone de ne pas avoir organisé efficacement les secours. Les avocats des plaignants demandent 1 milliard de yens de dommages et intérêts (7,6 millions d’euros).

C’est la seconde fois, depuis 2011, que des victimes de la catastrophe se retournent contre Tepco et le gouvernement. En mars dernier, à l’occasion du second anniversaire du tsunami, 800 Japonais avaient lancé une action de groupe contre l’électricien et le gouvernement. En décembre 2012, 8 marins américains avaient attaqué Tepco, devant la justice américaine. Embarqués sur le porte-avions Ronald Reagan, ils avaient participé aux opérations de sauvetage post-tsunami. Reprochant à l’électricien tokyoïte de ne pas les avoir informé des risques sanitaires qu’ils couraient, les militaires lui réclament 40 millions de dollars (30 M€) de dommages et intérêts ainsi que la constitution d’un fonds de 100 M$ (75 M€), pour financer leurs éventuels traitements.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus