Fukushima: les oiseaux souffrent de la radioactivité

Le 25 novembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les oiseaux désertent Fukushima
Les oiseaux désertent Fukushima
DR

Dans la zone d’exclusion de Fukushima, le nombre d’oiseaux est moindre dans les lieux les plus irradiés, confirme une étude française publiée dans la revue Scientific Reports. Des travaux qui portent sur la dose totale absorbée, et pas sur la dose ambiante comme lors de précédentes études.

Spécialiste mondial des impacts de Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011) sur la faune sauvage, Anders Møller, du laboratoire «Ecologie, systématique, évolution» (CNRS, université Paris-Sud), a à maintes reprises montré que l’exposition chronique à de faibles doses de radioactivité entraînait une baisse de la biodiversité, une diminution de la fertilité ainsi que de la taille du cerveau chez les oiseaux vivant à proximité de ces sites.

En novembre 2014, ses travaux ont été vivement critiqués par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), qui doutait de la validité de ses estimations dosimétriques, «point faible pour établir des conclusions robustes». En cause, le fait qu’Anders Møller recourt à des doses ambiantes mesurées par radiamètre portatif, ce qui ne reflète que la dose externe d’exposition des animaux.

La dose interne, à savoir la radioactivité qui émane des radionucléides absorbés par l’animal (respiration, alimentation, absorption par la peau, transfert maternofœtal, etc.), n’est que rarement pris en compte. Or seule la dose totale (externe + interne), très variable d’une espèce à l’autre, ou au sein d’une espèce selon son stade de vie, permet de mesurer l’exposition réelle, jugeait l’IRSN.

Autre reproche, la «non-prise en compte de l’hétérogénéité spatiale de la contamination radioactive de l’environnement» pour les espèces dont l’aire de vie est de grande surface (encore plus lorsqu’elles sont migratrices) «introduit de fortes incertitudes» sur le recours aux doses ambiantes, ajoutait-il.

Ce débat technique avait été l’occasion d’une passe d’armes entre l’IRSN et Anders Møller, qui pointait quant à lui la «très faible connaissance écologique» de l’institut. Interrogée par le JDLE, chacune des deux parties avait affirmé avoir sollicité l’autre en vue d’une collaboration, des demandes restées lettre morte.

Des résultats confirmés

Un an plus tard, le dialogue s’est apaisé: Anders Møller vient de publier avec plusieurs chercheurs de l’IRSN une étude réanalysant ses données écologiques avec la méthode prônée par l’institut. Comme l’indique l’IRSN dans une note d’information publiée mardi 24 novembre, «une meilleure estimation dosimétrique réconcilie les effets observés in situ avec les connaissances scientifiques relatives aux relations dose-effet».

Cet exercice de «réconciliation», aussi méthodologique qu’humaine, démontre tout d’abord que la dose totale, reconstruite en combinant mesures de radionucléides (césium 134, césium 137, iode 131) et modèles mathématiques, diffère beaucoup de la dose ambiante. Selon le lieu et l’espèce, elle peut dans certains cas être 10 fois inférieure, dans d’autres cas 20 fois supérieure.

«De plus, pour un même site, les débits de dose reconstruits varient d’un facteur 8 entre les 57 espèces examinées. Enfin, pour une même espèce, les débits de dose reconstruits varient d’un facteur 44 entre les 300 sites d’observation», ajoute l’IRSN. «Cela dépend de la nourriture, de la forme et de la taille de l’animal, de son comportement au sol et en vol», reconnaît Anders Møller, contacté mercredi par le JDLE.

Malgré ces nuances de taille, les précédents résultats d’Anders Møller se trouvent confortés. Lorsque la dose absorbée passe de 10 milliGray (mGy) à 100 mGy (MGy), le nombre d’oiseaux diminue de 22%, indépendamment de la température, de l’heure d’observation, du couvert nuageux et du type de paysage. A la dose de 550 mGy, on observe une baisse de 50% du nombre d’oiseaux [1].

Hiatus sur la diversité d’espèces

Les résultats sont moins nets quant à la diversité des espèces. Lors de ses précédents travaux, Anders Møller avait conclu à une baisse du nombre d’espèces lorsque la dose ambiante augmente, tandis que la nouvelle étude montre au contraire une hausse du nombre d’espèces avec la dose totale absorbée. Qui croire?

Plutôt qu’un effet des critères radiologiques utilisés, Anders Møller explique cette divergence par les outils utilisés pour mesurer la diversité. Ses précédents travaux reposaient sur le nombre d’espèces par site, tandis que sa nouvelle étude recourt à l’indice de Simpson, qui mesure la probabilité que deux individus choisis de manière aléatoire dans un milieu donné soient de la même espèce. Difficile de conclure, tant le sujet est complexe: même affectées, certaines espèces plus résistantes pourraient en effet bénéficier du départ de celles qui le sont moins.

Après l’avifaune, l’IRSN et Anders Møller travaillent actuellement à évaluer l’effet de la radioactivité sur les mammifères de Fukushima et de Tchernobyl, suite à des observations (relevés de traces dans la neige, pièges photographiques) menées in situ par le chercheur. Si ce n’est pas encore Venise, la «réconciliation» est, on l’espère, en bonne voie: «le problème avec les oiseaux c’est qu’ils bougent beaucoup, alors que les mammifères restent plus souvent sur un même site», explique Anders Møller.

[1] Pour l’ensemble des 57 espèces et des 300 sites évalués sur 4 ans, la dose totale moyenne est de 130 mGy.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus