Fukushima: le Japon va détruire la viande de bœuf contaminée

Le 27 juillet 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Le Japon va brûler toute sa viande de bœuf contaminée à la suite de l’accident de Fukushima, selon un plan annoncé mardi 26 juillet par son ministère de l’agriculture.

La crainte d’une contamination de la chaîne alimentaire a pris un virage inquiétant début juillet, avec la découverte d’un niveau élevé de radioactivité chez des bœufs élevés à Minamisoma, au nord de la centrale de Fukushima Dai-ichi [1] (voir le JDLE). En cause, du foin et de la paille de riz contaminés par les retombées de l’accident.

 

Or selon les autorités japonaises, «près de 3.000 bœufs» soupçonnés d’avoir été alimentés de cette manière ont été vendus et livrés dans le pays depuis le séisme du 11 mars, indique l’Agence France Presse (AFP). Pour le ministère, il s’agit désormais de «supprimer les inquiétudes des consommateurs et rétablir leur confiance dans le bœuf».
 
Le plan ministériel prévoit le rachat par les industriels, aux grossistes et détaillants, de tout le bœuf dont le taux de césium dépasse la limite des 500 becquerels par kilogramme (Bq/kg). Ils emprunteront pour cela de l'argent aux banques, avec le soutien d'un organisme public.
 
« Ils devront ensuite exiger de Tepco, responsable de l'accident, le remboursement des prêts et des intérêts », selon un responsable du ministère cité par l’AFP. Pour l’opérateur de la centrale de Fukushima, la facture pourrait s’élever à environ deux milliards de yen (17,7 millions d’euros), selon la presse.
 
Quant aux autres produits d’origine animale, les prélèvements de lait cru et de yaourt recueillis depuis début juin se sont quasiment tous révélés au-dessous des limites de détection, selon un bilan dressé mi-juillet par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) (voir le JDLE).
 
[1] Sur les 11 animaux analysés, le taux de césium radioactif était de trois à six fois plus élevé que la limite maximale de 500 becquerels par kilogramme (Bq/kg) de viande. L’exploitation de Minamisoma est à l’extérieur de la zone d’exclusion de 20 km autour de Fukushima.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus