Fukushima: le gouvernement japonais de nouveau sous le feu des critiques

Le 02 mai 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
C’est un exercice rarissime auquel s’est livré Toshiso Kosako. Vendredi 29 avril, le conseiller du gouvernement japonais pour les questions de radioprotection a brutalement présenté sa démission, au cours d’une conférence de presse. Durant cette réunion très médiatisée, le professeur d’ingénierie nucléaire à l’université de Tokyo a fustigé la politique mise en œuvre par le premier ministre Naoto Kan depuis le 11 mars dernier.
 
Toshiso Kosako a notamment critiqué l’autorisation donnée le 19 avril par le ministère de l’éducation et des sciences, d’ouvrir des écoles dans des zones contaminées. A la condition, toutefois, que le débit de dose soit inférieur, dans les bâtiments scolaires, à 3,8 microsieverts par heure (μSv/h). Une dosimétrie supérieure à celle autorisée pour les personnels exposés, en temps normal.
Le scientifique a aussi pointé du doigt le manque de transparence des autorités, notamment pour ce qui concerne l’information sur les rejets de radioactivité et l’exposition des travailleurs œuvrant autour de la centrale de Fukushima Dai-Ichi.
 
A cet égard, l’exploitant, Tepco, a publié samedi un communiqué précisant le niveau de dose subi par les ouvriers les plus exposés. Au total, 21 personnes ont reçu plus de 100 millisieverts (mSv). Deux d’entre elles frôlent la limite des 250 mSv, exceptionnellement tolérée par le gouvernement nippon durant la phase de maîtrise des réacteurs accidentés.
 
Seule note positive pour l’administration Kan, le vote, lundi, par la chambre des conseillers (la chambre haute du parlement) d’une ligne de crédit de 4.000 milliards de yens (33 milliards d’euros) pour financer la reconstruction. La mesure avait déjà été entérinée samedi par la chambre basse. Cela devrait obliger Tokyo à augmenter certaines taxes, à prélever dans les réserves dédiées au paiement des pensions et probablement à céder des actifs. 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus