Fukushima : du lait maternel radioactif

Le 03 mai 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La contamination des Japonais par les retombées de Fukushima progresse. Le 30 avril, le ministère japonais de la santé a révélé que de l’iode et du césium avaient été trouvés dans du lait maternel.
 
Sept échantillons de lait, collectés dans la région de Fukushima, affichaient une activité de plus de 2 becquerels par kilogramme de césium et de plus de 3 Bq/kg d’iode. Des niveaux qui se situent bien loin des limites fixées par la nouvelle norme en la matière.
 
Depuis l’accident du 11 mars, la dose limite de consommation est fixée à 100 Bq/kg, pour l’iode, et 200 Bq/kg pour le césium. Fort logiquement, un représentant du ministère de la santé a minoré la dangerosité de cette contamination: «Nous pensons que cela n’affectera pas les enfants, même si leur mère les nourrit au sein».
 
Le commentaire a fait jaser. Mais moins que l’obligation donnée par le gouvernement nippon de scolariser, dans leurs écoles habituelles, les enfants de la préfecture de Fukushima ne demeurant pas dans la zone d’exclusion. Parce que la plupart des établissements sont contaminés, le niveau d’exposition aux rayonnements ionisants que pourront subir les écoliers est de 20 millisieverts (mSv) par an: autant que les personnels travaillant dans l’industrie nucléaire! «Je ne pense pas qu’une telle dose soit bonne, mais elle est sans danger», a tenté d’expliquer Itaru Watanabe, fonctionnaire du ministère de l’éducation, à une foule de parents d’élèves en colère.
 
Un avis qui n’est pas du tout partagé par Physicians for Social Responsibility. Pour la filiale américaine de l’association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (prix Nobel de la paix en 1985), il est irresponsable de faire travailler les élèves et le corps enseignant dans un tel environnement radioactif. «Une dose de 20 mSv par an peut engendrer un cancer chez 1 adulte sur 500 et chez 1 enfant sur 200», explique l’ONG dans un communiqué.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus