Fukushima a même contaminé les thons

Le 29 mai 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Et maintenant, les thons sont radioactifs.
Et maintenant, les thons sont radioactifs.

Des thons rouges pêchés en Californie, quelques mois après l'accident nucléaire de Fukushima, ont peut-être transporté des matériaux radioactifs du Japon vers la côte Pacifique des Etats-Unis, selon une étude américaine.
Des chercheurs ont trouvé des niveaux modérément élevés de deux isotopes radioactifs dans 15 thons rouges (Thunnus orientalis) pêchés au large de San Diego en août 2011, révèle une étude publiée le 28 mai par les Annales de l’académie des sciences américaine (Pnas).

Bien qu’il soit 5 fois plus élevé que le niveau naturel, les chercheurs estiment que ce taux de radioactivité (5 becquerels par kilogramme) ne présente aucun risque pour la santé des consommateurs car les niveaux observés sont inférieurs aux niveaux d'autres isotopes naturellement présents dans le thon.
En comparant ces 15 thons aux thons rouges pêchés dans la même zone avant la catastrophe de Fukushima et aux thons à nageoires jaunes, qui restent dans l'est du Pacifique, pêchés avant ou depuis l'accident nucléaire, les chercheurs ont trouvé des taux légèrement plus élevés de césium-134 et césium-137.

Ces résultats indiquent que le thon rouge du Pacifique peut transporter rapidement des radionucléides d'un point du Japon vers des écorégions éloignées et démontrent l'importance des animaux migrateurs en tant que vecteurs de transport, expliquent les auteurs de l'étude, Daniel Madigan de l'université Stanford (Californie), et Zofia Baumann et Nicholas Fisher de l'université Stony Brook de New York.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus