Fuite d’acide chlorhydrique à Toulouse

Le 12 juin 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 11 juin vers 6 heures 45, une «fuite d'acide chlorhydrique à 30% de concentration s'est produite sur la tuyauterie de vidange d'un bac de stockage de 100 mètres cube (m3) située dans la partie consacrée aux synthèses de chimie fine de l'usine Isochem, sur l'île du Ramier à Toulouse». Dans un communiqué publié dans la matinée, l'industriel précise que l'incident n'a fait aucun blessé et qu'il n'y a eu aucune pollution liquide. Il indique également que «la quantité d'acide chlorhydrique alors présente dans le bac était d'environ 50 m3 et que «la fuite d'environ 10 m3 s'est répandue dans le cuvelage de rétention prévu à cet effet». De son côté, la préfecture de la Haute-Garonne a précisé plus tard qu'en fait, deux fuites s'étaient produites, et qu'à 8 h 45, la situation était «sous contrôle».

L'incident s'est produit aux abords du site de l'ancienne usine AZF, lieu de l'explosion du 21 septembre 2001. Il a donné lieu à la formation d'un important nuage blanc autour de l'usine. Dans la matinée, le directeur de cabinet de la préfecture Francis Soutric a déclaré à l'AFP: «C'est en passe d'être résolu. Pour le public, il y a des odeurs, des risques d'irritation mais pas de danger toxique dans l'immédiat». Selon Isochem, les habitants ont été informés grâce aux communiqués diffusés sur les radios et les télévisions et par la presse écrite.

Un Plan d'organisation interne (POI) a été déclenché dans l'usine dès l'identification du problème. Les pompiers ont été alertés vers 7 h 30 et ont installé, selon l'AFP, des «rideaux d'eau pour éviter la dispersion du produit». Le personnel a été mis à l'abri et les voies d'accès à proximité de l'usine ont été bloquées jusqu'à 8 h 45.

Une enquête est en cours pour déterminer les origines des fuites. De son côté, le préfet de la Haute-Garonne, André Viau, a annoncé la convocation «dans les plus brefs délais de la Commission locale d'information et de concertation afin d'informer les associations de riverains sur cet incident». Selon Isochem, il s'agira de «donner toutes les informations possibles aux riverains pour qu'ils comprennent ce qui s'est passé et qu'ils ne pensent pas qu'il y a eu une mauvaise gestion de l'urgence car tout a été fait comme prévu».

Isochem est la filiale chimie fine du groupe SNPE qui fabrique des principes actifs et des intermédiaires pour l'industrie pharmaceutique ou les produits phytosanitaires.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus