Fraude alimentaire: à Taïwan, les lanceurs d’alerte sont gâtés

Le 29 octobre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Kaohsiung, paradis des lanceurs d'alerte
Kaohsiung, paradis des lanceurs d'alerte
DR

A Kaohsiung, deuxième ville de Taïwan, tout dénonciateur d’une fraude alimentaire au sein d’une entreprise pourra se voir décerner jusqu’à 60% de l’amende, a révélé lundi 27 octobre le quotidien Taipei Times.

Voilà de quoi susciter quelques vocations de lanceurs d’alerte à Taïwan: le conseil municipal de Kaohsiung a décidé que 60% des amendes payées par les responsables de fraude alimentaire seraient reversées à la personne qui l’aurait signalée.

En décembre 2013, Taïwan avait déjà annoncé qu’au niveau national la prime serait relevée de 5% à 10%. Plusieurs villes et comtés vont déjà plus loin, en proposant déjà de 10% à 50% de prime pour le «whistle-blower».

La décision du conseil municipal de Kaohsiung fait suite à un récent scandale alimentaire: pour avoir vendu de l’huile frelatée à plusieurs entreprises agroalimentaires, la société Cheng I Food Co, basée dans cette ville, a écopé d’une amende de 50 millions de nouveaux dollars taïwanais, soit 1,29 million d’euros. Pas d’heureux gagnant sur ce coup-là: la fraude n’a pas été dénoncée en interne et la règle n’était pas encore passée.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus