François de Rugy, un écolo chez les socialistes

Le 13 janvier 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un chapitre et huit propositions pour l'écologie
Un chapitre et huit propositions pour l'écologie

En 8 propositions, le député de Loire-Atlantique promet de débarrasser la société de ses pesticides les plus nocifs, de ses particules fines et de son énergie nucléaire d’ici 2040.

La première promesse vise la transition énergétique. Soit 100% d’énergies renouvelables en 2050. Le vice-président de l’Assemblée nationale est d’ailleurs l’un des rares à programmer de façon précise la sortie du nucléaire en France. Soit une disparition à l’horizon 2040 avec un objectif intermédiaire de 50% de la consommation électrique en 2025. En parallèle, «la fermeture des centrales à charbon et à fuel est un impératif climatique», ajoute le candidat à l’élection primaire du parti socialiste, qui se tiendra les 22 et 29 janvier.

 

Zéro transport carboné en 2025

Le président du parti écologiste, qui a démissionné d’Europe Ecologie-Les Verts en août 2015, promet de donner des moyens règlementaires aux collectivités pour qu’elles puissent restreindre la circulation des véhicules diesel dès 2018. Ce qui est, en fait, déjà possible depuis un décret publié en juin 2016. La vente des véhicules diesel sera par ailleurs totalement interdite en 2025. A cette mesure s’ajouteront des soutiens aux véhicules électriques et à l’auto-partage. Les bus et les camions devront pour leur part rouler au gaz.

 

Mobilités intérieures

Une loi d’orientation sur les mobilités intérieures doit réformer, avant la fin de la mandature, l’actuelle loi d’orientation des transports intérieurs. Elle devra promouvoir le vélo et le transport ferroviaire, avec la création d’une compagnie low-cost. Un moratoire sur les grands projets d’infrastructures sera décrété. On pense bien sûr au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, auquel s’est opposé le député de Loire-Atlantique.

 

Végétalisation urbaine

François de Rugy promet de verdir les villes sans avancer d’objectif précis[1]. Les communes récalcitrantes seront toutefois sanctionnées, avec un prélèvement allant jusqu’à 7,5% de leur budget annuel de fonctionnement.

Le parlementaire compte aussi faire cohabiter des zones d’inventaire et d’initiative citoyenne, des zones de protection classiques (où certaines activités, comme la pêche, pourront être autorisées) et des zones de reconquête où des activités pourront être interdites.

 

Rénovation des logements

Comme la plupart de ses concurrents, François de Rugy propose de réhabiliter des logements, sans toutefois dire combien. Son coût serait pris en charge par la Société de financement de la transition écologique, pilotée par la Caisse des dépôts et consignations. Objectif: 100 milliards d’euros de travaux sur 10 ans, en s’appuyant sur des emprunts à long terme. Les économies d’énergie sont visées pour faire baisser la facture de la rénovation de 25%.

 

Cause animale et économie circulaire

La cause animale sera l’une de grandes priorités du quinquennat de François de Rugy, qui nommera un défenseur des droits des animaux indépendant, ayant la compétence pour fermer des abattoirs où des cas de maltraitance ont été observés.

Au chapitre de l’économie circulaire, le programme se contente de citer la lutte contre l’obsolescence programmée et l’interdiction du suremballage.

De façon amusante, le député de Loire-Atlantique conclut son introduction en citant Lionel Jospin. «Il faut présider autrement», avait dit le candidat malheureux aux présidentielles de 2002.



[1] Il est seulement cité qu’un espace vert doit être créé dans un rayon de 500 mètres de toute habitation

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus