Franciliens et pollution: les mesures continuent

Le 13 juin 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 12 juin, les 150 volontaires sélectionnés dans le cadre de l'étude sur l'exposition individuelle des Franciliens à la pollution atmosphérique se sont mobilisés pour la dernière campagne de mesures, cette fois en période estivale (1). Ils sont divisés en quatre catégories: les piétons et cyclistes, les automobilistes, les usagers des transports en commun, et les sédentaires. L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement (Afsset) et le réseau de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France (Airparif) sont en charge de l'opération.

La première campagne a eu lieu le 13 février. Elle a montré, selon un communiqué de l'Afsset, que «le réseau de stations de mesure d'Airparif reflète correctement la variation des niveaux de benzène et de dioxyde d'azote (NO2) auxquels sont soumis les volontaires, quels que soient leurs modes de déplacement». Une variabilité des niveaux d'exposition au NO2 et au benzène a été observée en fonction de la nature du transport utilisé entre le domicile et le travail, et en fonction du mode de vie. Les personnes qui utilisent leur voiture sont les plus exposées au benzène. En ce qui concerne la pollution intérieure, les personnes sédentaires sont les plus exposées au formaldéhyde, avec des niveaux supérieurs d'un tiers à ceux des non-sédentaires.

Le rapport final de l'étude devrait paraître d'ici la fin 2007.

(1) Voir l'article du JDLE: «Etude sur l'exposition à la pollution en Ile-de-France»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus