France, ton littoral fout vraiment le camp

Le 04 février 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Et plus le littoral est urbanisé, plus les dégâts seront importants.
Et plus le littoral est urbanisé, plus les dégâts seront importants.
© ONML

Plus d’un cinquième des côtes françaises sont en recul, du fait de l’érosion du littoral. En 50 ans, le pays a ainsi perdu 26 km2 de territoire métropolitain, selon un rapport du Centre d’études et d’expertises sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) publié mercredi 3 février.

Du fait de facteurs naturels, mais aussi humains (artificialisation du littoral, barrages en eau douce, etc.) et de la montée du niveau de la mer, le trait de côte évolue. Si le phénomène est bien connu, il n’avait jamais été étudié sur l’ensemble du territoire français. Ce que vient de faire le Cerema, chargé par le ministère de l’écologie de dresser un état des lieux, dans le cadre de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte (2012-15).

22% DES CÔTES MÉTROPOLITAINES

Pour cela, le Cerema a mis au point un indicateur national de l’érosion côtière, mis à disposition sur le site du ministère sous forme de cartes et de données géoréférencées. Mis en place pour la métropole, bientôt pour l’Outre-mer, il permet d’analyser l’évolution du trait de côte au cours des dernières décennies, à l’échelle 1/100.000.

Selon une synthèse des premiers résultats, 22% des côtes métropolitaines, hors Corse et Outre-mer, sont en recul, avec des vitesses allant de 0,1 à 8 mètres par an. «C’est ainsi l’équivalent de 3.100 terrains de rugby perdus en 50 ans du fait de l’érosion, soit 26 km2 de territoire métropolitain entre 1949 et 2005», selon un document publié par le ministère de l’écologie.

650 KM DE CÔTES EN RECUL

La France métropolitaine compte donc 650 km de côtes en recul, dont plus de 270 km à une vitesse supérieure à 50 centimètres par an. En revanche, 430 km de côtes «s’engraissent», selon un phénomène opposé à l’érosion, l’accrétion. Ce sont les côtes dites d’accumulation (de sédiments), dont les plages sableuses, qui sont en toute logique les plus dynamiques: 39% sont en érosion, 31% en accrétion.

C’est en Méditerranée que le littoral évolue le plus, avec 27% des côtes en érosion et 18% en accrétion, «essentiellement au débouché des cours d’eau majeurs et des zones d’abris», note le Cerema. Les reculs les plus marqués (supérieurs à 3 mètres par an) se trouvent à parts égales entre la façade Atlantique, particulièrement en Gironde et en Charente-Maritime, et la Méditerranée (Gard et Bouches-du-Rhône). Quant aux côtes allant de la Manche à la mer du Nord, elles s’avèrent les plus stables.

9.700 KM2 DE TERRITOIRE FRANÇAIS

Fragilisées par l’homme, les côtes pourraient l’être encore plus par la montée du niveau de la mer en cours: selon les estimations du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec), la mer pourrait s’élever jusqu’à 80 centimètres d’ici 2100 du fait du réchauffement, un nombre croissant de scientifiques évoquant même une élévation allant jusqu’à un mètre.

Dans ce dernier scénario, ce sont 9.700 km2 de territoire français, Outre-mer compris, qui se retrouveraient au-dessous du niveau de la mer, contre 7.570 km2 actuellement. Le nombre de bâtiments vulnérables à la submersion marine passerait de 290.000 à 423.800, un phénomène encore plus marqué en Outre-mer.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus