Fracturation hydraulique: quand le Parlement mène l’enquête

Le 16 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le gouvernement estime que seul le fracking a fait ses preuves.
Le gouvernement estime que seul le fracking a fait ses preuves.

Lors de sa dernière réunion, mercredi 14 novembre, la Commission des affaires économiques du Sénat a décidé de saisir l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) d’une demande d’étude sur «les solutions alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste».

Une façon de prendre au bond la balle lancée par le président de la République. Mardi, lors de sa conférence de presse, François Hollande a fait un petit rappel à la loi: l’utilisation de la fracturation hydraulique est interdite. Mais rien n’interdirait l’exploitation des gaz de schiste utilisant une technique alternative.

Reste à savoir si la mission parlementaire trouvera quelque chose de plus à dire que le rapport de la mission interministérielle [JDLE]. Publié le 22 mars dernier, il concluait que seule une combinaison innovante de techniques déjà éprouvées dans les forages conventionnels permettrait de rendre la production de gaz et huile de schiste rentable.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus