Forte pollution au plomb découverte dans la gare d’Austerlitz

Le 02 octobre 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les passagers et les agents en présence de fortes teneurs en plomb.
Les passagers et les agents en présence de fortes teneurs en plomb.
MBZT

 

La SNCF et l’un de ses prestataires se renvoient la balle quant à l’origine de la pollution.

Il y avait le plomb de Notre-Dame de Paris. Il y a désormais le plomb de la gare d’Austerlitz. Révélé par Le Parisien, l’affaire promet déjà de nombreux rebondissements.

Acte 1: le quotidien francilien révèle, le 1er octobre, la présence de très fortes teneurs en plomb dans la gare parisienne. Réalisées par un laboratoire indépendant de la SNCF, les mesures «révèlent des taux jusqu'à 40 fois supérieurs à la normale, y compris dans des espaces publics, sur les quais, près des sandwicheries», indique le quotidien.

Sont pointés du doigt : les travaux de désamiantage et de dépollution du plomb en cours depuis juin 2018 sur les charpentes métalliques de la gare.

Acte 2: la SNCF Gares & Connexions arrête, mardi, le chantier. La filiale du transporteur met en cause la société MASCI. Basée à Richemont (Moselle), celle-ci est précisément chargée de la décontamination des charpentes. La SNCF lui reproche de «méconnaître de manière grave et répétée ses obligations contractuelles et d'être responsable de "manquements" dans le confinement des travaux.» Sur les 250 mesures réalisées en zone publique dans différents points de la gare depuis septembre 2018, «cinq ont dépassé le seuil réglementaire en raison des manquements de l'entreprise MASCI en matière de confinement de la zone de chantier», poursuit l’entreprise publique.

Acte 3: la PME réagit. Dans un entretien accordé à l’AFP, son directeur général indique avoir «progressivement découvert une situation de pollution historique extrêmement préoccupante qui dépasse largement le cadre des travaux qui lui ont été confiés». Philippe Lebon souligne avoir alerté à plusieurs reprises la SNCF. L'entreprise publique avait connaissance selon lui dès juin 2018 de «cette situation de pollution globale et historique de la gare».

La SNCF assure avoir «mis en place toutes les dispositions permettant de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le périmètre du chantier et ses abords».