Forte inflation de négociateurs aux sommets climatiques

Le 19 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les délégations ont représenté plus de 10.000 personnes à Copenhague
Les délégations ont représenté plus de 10.000 personnes à Copenhague

L’efficacité des sommets climatiques est-elle inversement proportionnelle au nombre de participants? On est tenté de le croire à la lecture d’un article publié le 18 novembre par Nature Climate Change.

D’après le décompte effectué à partir des fichiers d’inscription à 15 conférences des parties, par Heike Schroeder (université d’East Anglia), Maxwell Boykoff (université du Colorado) et Laura Spiers (PricewaterhouseCoopers), le nombre d’experts, de lobbyistes et de négociateurs actifs aux sommets climatiques mondiaux ne cesse de progresser. Entre 1995 à 2009, soulignent les auteurs, il a été multiplié par… 14, passant de 757 personnes de 170 pays à Berlin (1995) à 10.591, venant de 194 pays, à Copenhague (2009).

Traditionnellement, les délégations les plus nombreuses sont celles des pays développés et émergents: pays du G8, Chine, Inde, Brésil, Mexique, Afrique du Sud. Mais certaines connaissent une inflation sans borne. De quelques dizaines d’experts au début du processus de négociation, l’équipe brésilienne (comptant les négociateurs officiels, mais aussi les représentants de l’industrie, des ONG, des collectivités) a compté jusqu’à 600 personnes à Copenhague.

Une conférence dont le semi-échec a marqué les esprits. Depuis, la plupart des Etats, à l’exception notable de l’Allemagne et du Mexique, ont revu leur délégation à la baisse.

http://www.nature.com/nclimate/journal/vaop/ncurrent/full/nclimate1742.html



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus