Fort de Vaujours: demande d’un moratoire

Le 28 avril 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
De l'uranium a été manipulé sur le site entre 1955 et 1997
De l'uranium a été manipulé sur le site entre 1955 et 1997

La sénatrice Aline Archimbaud a demandé un moratoire, le 25 avril, sur les travaux effectués par la société Placoplatre au Fort de Vaujours (à cheval sur les départements de Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis).

Cette requête fait suite à la publication, le 16 avril, d’un rapport de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) révélant, sur certains points du site, un niveau de radioactivité 10 à 20 fois supérieur au niveau naturel.

Au Fort de Vaujours, l’uranium a été utilisé par la direction des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) pour effectuer des tirs non nucléaires à l’air libre, puis dans des casemates entre 1955 et 1997. Placoplatre, filiale de Saint-Gobain, a racheté une partie du site, en 2010, pour extraire du gypse à ciel ouvert. Elle a entrepris, depuis début avril, de détruire 26 bâtiments sans en informer la commission locale de concertation et de suivi.

La parlementaire écologiste demande au ministère de l’écologie d’imposer un moratoire sur les travaux et d’ouvrir une enquête pour déterminer d’éventuelles carences dans les protocoles d’expertise, les méthodes de travail, et les choix d’équipements de mesure des experts. Ce qui expliquerait, selon elle, la grande variabilité des résultats des mesures de radioactivité. Selon l’IRSN, la radioactivité proviendrait d’un fragment d’uranium naturel, dont l’activité (faible) est de l’ordre de 400 becquerels (Bq).

Un courrier a été adressé à la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, afin qu’elle organise d’urgence une réunion de concertation rassemblant les parties prenantes.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus