Ford teste de vraies fausses voitures autonomes pour la livraison

Le 20 juin 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La vraie fausse voiture autonome testée par Ford.
La vraie fausse voiture autonome testée par Ford.
@Ford

Comment améliorer la livraison du premier et du dernier kilomètre? Le véhicule autonome peut prendre sa part, veut croire Ford, qui teste les interactions entre des entreprises de restauration, les clients et les véhicules autonomes aux Etats-Unis.

Des capteurs. Des caméras. Pas de conducteur derrière le volant. Ils ont tout d’un véhicule autonome, et pourtant les utilitaires que Ford fait circuler depuis quelques mois dans les rues de Miami sont bien manœuvrés par un homme en chair et en os, dissimulé derrière des vitres teintées. Objectif de ces ‘fake cars’? Tester les interactions entre des entreprises de restauration, les clients et les véhicules autonomes et lisser tous les obstacles inhérents à la livraison sur le premier et le dernier kilomètre.

Un appel à projet -intitulé EVRA- vient d’être lancé pour soutenir des projets d’expérimentation de cas d’usages de véhicules autonomes, commercialisables d’ici 2022, dans le domaine de la mobilité individuelle, partagée ou collective, du fret et de la logistique. «Ces projets concourront au développement de méthodologies de validation de la sécurité et à l’amélioration des connaissances sur les usages et l’acceptabilité», précise l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Code, écran, audio

Concrètement, quand les tacos commandés arrivent en bas de l’immeuble, le client est alerté par un SMS. Il récupère son repas dans l’un des casiers du véhicule après avoir tapé un code sur un écran tactile. Un message audio, ainsi qu’un éclairage spécifique, le guident. Combien de mètres le client est-il prêt à parcourir pour atteindre le véhicule? Comment conditionner les denrées pour ne pas les retrouver éparpillées à l’arrivée? «L'avenir de la livraison de nourriture» se teste aujourd’hui, pour une mise en œuvre annoncée en 2021.

Acceptabilité sociale

La question de l’acceptabilité de ces véhicules autonomes préoccupe grandement ses promoteurs, qui craignent notamment des actes de vandalisme ou de mauvaises interactions entre leurs engins et les autres usagers de la route. Sans compter les accidents, comme celui qui a coûté la vie à Elaine Herzberg en mars dernier, au Texas. Les orientations stratégiques dévoilées mi-mai par Anne-Marie Idrac pour la période 2020-2022 ont lourdement insisté sur cette dimension du problème.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus