FNE lance une campagne de publicité

Le 13 juillet 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une des affiches de France Nature Environnement.
Une des affiches de France Nature Environnement.

Se baigner dans une eau propre. Respirer un air sain. Croquer dans une pomme sans arrière-pensée. France Nature Environnement lance une campagne de sensibilisation en direction du grand public, avec des messages inspirés de la vie quotidienne. Avec l’espoir d’augmenter ses donateurs, pour réduire la dépendance aux deniers publics.

«Vivre dans un monde vivable». C’est avec ce slogan quelque peu tautologique que France Nature Environnement (FNE) lance une nouvelle campagne de publicité au parfum de nostalgie. «Pouvoir mordre dans une pomme sans réfléchir», «Revoir les abeilles», «Pouvoir se baigner dans une rivière»… Autant de situations concrètes, que tout un chacun a pu expérimenter un jour, sans nécessairement en cerner toutes les facettes environnementales. «Mais il n’y a pas besoin d’être un ‘écolo’ pour regretter de ne plus pouvoir se baigner dans une rivière, détaille Benoit Hartmann, le porte-parole de FNE. Tout le monde a une ‘expérience du monde’ qui le renvoie à la pollution.»

Une campagne de publicité, n’est-ce pas rajouter à la pollution visuelle? FNE s’en défend, insistant sur le fait que les affichages se feront en centre-ville, et pas aux abords. La fédération revendique même le «détournement d’affichage à vocation commerciale», au profit d’un «beau visuel qui ne propose rien à vendre.» La campagne est affichée dans le métro parisien depuis le 11 juillet. Elle sera visible dans 21 villes de France tout au long de l'été et diffusée sur la toile à partir du 18 juillet.

Pour l’homme

C’est ce grand public, qui sature de messages ressentis comme anxiogènes et culpabilisateurs, que vise surtout la plus grosse fédération d’associations de protection de l’environnement. «On a choisi un ton plus sensible, plus émotionnel et moins véhément pour évoquer ces bonheurs essentiels de la vie auxquels les gens ont renoncé», explique Marco de la Fuente, l’un des dirigeants de l’agence de publicité Ici Barbès, conceptrice de la campagne. Selon lui, les associations environnementales donnent trop souvent le sentiment de se battre «pour les animaux, pour la nature, pour la biodiversité, etc., alors que FNE se bat fondamentalement pour l’homme, qui ne peut vivre dans un environnement hostile, pollué ou sans biodiversité.» «Ce que l’on montre via ces visuels assez esthétiques, c’est qu’on nous a fait accepter l’inacceptable depuis trop longtemps», renchérit Benoit Hartmann.

Renoncements

L’apocalypse au présent, un thème porteur? «Il faut arrêter de parler de cataclysmes dans un avenir lointain, car certains penseront toujours ‘après moi le déluge’, ‘on trouvera toujours des solutions’ ou encore ‘ça se passe loin de chez moi’, analyse Marco de la Fuente. Alors qu’aujourd’hui déjà, faire un jogging en ville ou croquer dans une pomme implique une arrière-pensée sur les risques encourus, voire un renoncement. Et il n’y a pas besoin d’être ‘écolo’ pour tenir à ces choses-là, auxquelles on est en train de renoncer.»

Nouveaux donateurs

Parce que «le moins écolo d’entre nous n’imagine pas un monde sans abeille», FNE espère que ces messages permettront d’élargir son audience, pour que diffusent les problématiques environnementales, changent les comportements et, évidemment, augmente le nombre de donateurs. «Nous sommes plus que jamais à la recherche de nouveaux donateurs, confirme Benoit Hartmann. Car les aides des pouvoirs publics sont à géométrie variable.» Les récents déboires de la fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna), dont les subventions été divisées par deux par le nouvel exécutif de la région Auvergne-Rhône-Alpes, semblent avoir accéléré la réflexion. «Il faut que le lobby citoyen s’organise face aux gros lobbies, dont l’Etat est trop souvent le relais.»

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus