FNE craint la multiplication des projets hydroélectriques

Le 29 janvier 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
France nature environnement (FNE) fait part, dans un communiqué du 28 janvier, de son désaccord sur un projet de microcentrale hydroélectrique en zone Natura 2000 et réaffirme son opposition au développement de l’hydroélectricité sans prise en compte de l’environnement.

Le projet de microcentrale à Lescun dans la haute vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) est soumis à enquête publique jusqu’au 29 janvier. «Dans les Pyrénées, l’hydroélectricité affecte plus de 85% des cours d’eau. (…) Le développement envisagé de nouvelles microcentrales (…) est une menace pour les dernières rivières vivantes des Pyrénées», explique Michel Rodes, président de la fédération régionale de FNE, Sepanso Béarn. Selon FNE, de nombreux projets similaires fleuriraient en France, notamment sur des sites naturels protégés et vierges.

Le projet de «convention pour le développement d’une hydroélectricité durable» en cours d’élaboration par le Meeddm et l’ensemble des acteurs depuis 2008, suite à l’annonce du plan de relance hydroélectrique, est toujours en suspens. En décembre 2008, FNE avait fait part de ses nombreuses réserves sur le texte (1). Depuis, malgré deux à trois réunions début 2009, FNE n’est toujours pas satisfaite du projet. «Nous n’avons pas réussi à faire inscrire des garanties pour la protection de l’environnement», explique Romain Suaudeau, coordinateur du pôle Eau à FNE. Un autre point d’achoppement concerne le démantèlement du barrage de Poutès Monistrol (Haute-Loire) actuellement en suspens, à cause de l’opposition d’EDF. «Le rapport d’un expert belge a pourtant confirmé que la barrage constituait le principal verrou à la migration du saumon et que son effacement était nécessaire», souligne Romain Suaudeau.

Les quelque 60.000 barrages existants en France -dont moins de 10% ont un usage économique avéré- sont l’une des principales causes de non-atteinte du bon état des eaux en 2015, rappelle FNE. La fédération d’associations souhaite l’interdiction des projets d’hydroélectricité sur les cours d’eau préservés et non aménagés; l’optimisation des équipements existants avec une diminution des impacts sur les cours d’eau; et enfin le démantèlement des seuils et barrages perturbateurs des axes migrateurs.

(1) Dans le JDLE «Micro-hydraulique: FNE s’inquiète du projet de relance du ministère»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus