Florence est bien dopée au réchauffement climatique

Le 13 septembre 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Florence pourrait être dévastateur pour les Caroline.
Florence pourrait être dévastateur pour les Caroline.
DR

 

C’est l’un des ouragans les plus dangereux que les Etats-Unis s’apprêtent à affronter. Rétrogradé en catégorie 2 sur l’échelle Saffir-Simpson (soit des vents maximum de 175 km/h), Florence aborde lentement les côtes de Virginie et des Caroline du Nord et du Sud.


Or, pour les cyclones, lenteur n'est pas synonyme de douceur. Les vents restent suffisamment puissants pour causer d’importants dégâts matériels et humains. En outre, comme le rappelle Brian McNoldy, de l’université de Miami, en se déplaçant lentement, un ouragan déverse plus de précipitation à un endroit donné. Précisément ce qui s’est produit dans la région de Houston, lors du passage du cyclone Harvey, en 2017.

Montée du niveau de l'Atlantique

En plus des pluies torrentielles, c’est la montée du niveau de l’océan qui inquiète particulièrement les autorités américaines. En Caroline du Nord, le niveau de l’Atlantique pourrait grimper de 4 mètres selon les dernières prévisions.

Eau chaude et humidité

Dans une note publiée, ce jeudi 13 septembre, quatre climatologues américains affirment que certains effets du changement climatique ont véritablement dopé la puissance destructrice de Florence. Kevin Reed (Stony Brook University), Alyssa Stansfield (Stony Brook University), Michael Wehner (Lawrence Berkeley National Laboratory) et Colin Zarzycki (National Center for Atmospheric Research) estiment que la haute température de la surface de l’océan et la présence importante d’humidité dans l’air, consécutives à des températures élevées de l’air, ont accru de 80 km le diamètre du cyclone. Pour les mêmes raisons, le volume de pluie qui devrait s’abattre sur les Caroline devrait être 50% supérieur à celui d'un événement climatique comparable.

trois autres cyclones

Le montant des dommages pourrait être élevé, tant pour les populations que pour les énergéticiens. La densité de population des régions devant être touchées est l’une des plus forte du pays. De plus, comme le rappelle le consultant Thibault Laconde, le nombre des centrales de production d’électricité, notamment photovoltaïques, y est extrêmement important. Duke et Dominion ont prévu de mettre à l'arrêt une demi-douzaine de réacteurs nucléaire en Virginie et dans les Caroline, réduisant l'approvisionnement en électricité pour près de 3 millions d'usagers.

Au milieu de l’Atlantique, les cyclones Joyce et Hélène avancent déjà vers le continent américain, pendant qu’Isaac commence à dévaster les Antilles.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus