Flipper paye le prix de Deepwater

Le 02 avril 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les dauphins souffrent d'insuffisance pondérale, d'anémie et de maladies du foie et des poumons
Les dauphins souffrent d'insuffisance pondérale, d'anémie et de maladies du foie et des poumons

Alors qu’une importante fuite de gaz s’est déclarée sur le site d’Elgin-Alkin, en Ecosse, l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, le 20 avril 2010, montre encore ses dommages sur la faune et la flore du golfe du Mexique.

Selon une nouvelle étude, commandée par l’agence américaine en charge des océans et de l’atmosphère (Noaa), les effets de cette explosion s’avèrent plus graves que prévu pour les mammifères marins du golfe du Mexique.

L’étude, qui synthétise les résultats de l’examen de 32 grands dauphins(Tursiops truncatus) de la baie de Barataria, réalisé pendant l’été 2011, montre que la plupart d’entre eux connaissent une insuffisance pondérale, sont anémiques et souffrent de maladies des poumons et du foie. Près de la moitié d’entre eux affichent aussi de bas niveaux d’une hormone nécessaire à la lutte contre le stress et à la régulation du métabolisme et du système immunitaire. Les scientifiques craignent que ces mammifères aient du mal à survivre. L’un d’entre eux a d’ailleurs été retrouvé mort en janvier 2012.

Le chercheur Lori Schwacke, qui coordonne l’étude, a précisé que la déficience hormonale observée n’était peut-être pas directement liée à la nappe de pétrole. Toutefois, ce symptôme a déjà été observé sur d’autres cétacés vivant dans la zone.

La Noaa avait été alertée par la surmortalité affectant les populations de cétacés depuis la catastrophe. 706 delphinidés se sont échoués dans le nord du golfe du Mexique depuis avril 2010 alors qu’on en compte d’habitude environ 70 par an.

Cette recherche vient compléter les études montrant les dommages subis par certaines populations d’insectes, dont les effectifs ont été fortement réduits (université d’Etat de Louisiane). Les coraux des grands fonds, d’habitude à l’abri des fuites de pétrole, ont également été touchés. Les chercheurs ont noté que les coraux mourants étaient recouverts d’une «crasse brune» issue du pétrole de Deepwater. Selon une autre enquête, le zooplancton (des organismes microscopiques présents au début de la chaîne alimentaire océanique) a également été contaminé par le pétrole.

La plus grande catastrophe écologique des Etats-Unis n’a pas fini de montrer ses conséquences. «Après les effets directs, comme la surmortalité des mammifères marins, il faut s’attendre à découvrir une série d’effets indirects pendant plusieurs années, comme la baisse de la fertilité ou la hausse des cas d’animaux immuno-déficients», commente l’ingénieure Ludivine Martinez du Centre de recherche sur les mammifères marins de l’université de La Rochelle. «Par ailleurs, ces mammifères étant par nature mobiles, les effets sur leur santé seront très variés, en fonction de leur durée d’exposition à la pollution.»

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus