Flaminia’s road

Le 23 août 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
151 caisses contiendraient des produits dangereux.
151 caisses contiendraient des produits dangereux.

Le MSC Flaminia poursuit sa route, bon gré, mal gré. Endommagé le 14 juillet par un incendie et des explosions au large des côtes françaises (voir JDLE), le cargo a été autorisé à trouver refuge dans les eaux territoriales allemandes, a annoncé le 21 août dernier le commandement général allemand des urgences maritimes.

Lors de l'accident du 14 juillet, un marin du MSC Flaminia est décédé, un autre a été porté disparu et un troisième, victime de brûlures, est dans un état critique, selon la même source. Tout l'équipage a été rapidement évacué après l'accident et le navire est, depuis, remorqué par trois navires de la société hollandaise Smit.

Cependant, le porte-conteneurs cherche depuis un mois l'autorisation d'accoster dans un pays proche. Il «se trouve actuellement à environ 450 milles nautiques» (833,4 kilomètres) des côtes britanniques et se dirige vers les eaux territoriales du  Royaume-Uni, dont les autorités vont procéder à une inspection du navire, précise le commandement. Selon le résultat de l'inspection, un éventuel feu vert sera donné par les autorités britanniques au transit dans leurs eaux. Ce week-end, le bateau devrait se trouver à la hauteur d'Ouessant, prêt à s'engager dans la Manche.

Selon un communiqué de l'association écologiste Robin des bois, le MSC Flaminia pourrait trouver refuge dans le port allemand de Bremerhaven (mer du Nord). «C'était le port de destination d'origine», indique le porte-parole du commandement. «Pour l'instant, nous ne pouvons divulguer le nom du port où le navire devrait accoster», poursuit-il.

Le MSC Flaminia devrait d’abord trouver un lieu de stationnement sécurisé dans les eaux allemandes, d’ici deux semaines. Le commandement allemand indique que, «l'opération de sauvetage durera vraisemblablement deux mois». Quand le MSC Flaminia se trouvera sur ce lieu sécurisé, une équipe d'experts (pompiers, experts en chimie, ingénieurs) inspectera de nouveau le navire pour décider des étapes suivantes. Ce n'est qu'ensuite que le navire pourra rejoindre un port allemand.

Robin des bois souhaite que cette expertise soit complétée par un diagnostic radiologique du navire. En effet, selon l’association, l’affréteur du MSC Flaminia, MSC[1], serait connu pour transporter occasionnellement des matières radioactives. «Il est aussi connu pour son manque de transparence quand il s’agit de publier en cas de nécessité l’inventaire des marchandises transportées», précisent les écologistes dans un communiqué publié aujourd’hui 23 août.

Robin des bois estime que l'Allemagne prend ses responsabilités en tant que pays de pavillon du MSC Flaminia. Mais l’association de défense de l’environnement critique les autorités des pays riverains (France et Royaume-Uni) ayant refusé d'accueillir le navire. Ces pays ont fait valoir qu'ils n'avaient pas assez d'informations sur la cargaison pour le laisser accoster.

Le navire comptait 2.876 conteneurs en charge au moment de l'explosion. A l'intérieur, différents biens d'équipements pour la maison, dont 151 caisses contenant des produits dangereux (des nettoyants ménagers inflammables). A bord, se trouvaient notamment 1.247 tonnes de pétrole lourd -le plus polluant- et 680 tonnes de diesel, selon la même source.



[1] L'armateur du MSC Flaminia est l'Allemand NSB. Ce dernier a reloué le bateau à l'armateur Mediterranian Shipping Company (MSC), dont le siège est en Suisse.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus