Fipronil: BASF conteste l’interdiction temporaire édictée par l’Europe

Le 12 novembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les abeilles, premières victimes de ces insecticides selon l'agence européenne de l'alimentation.
Les abeilles, premières victimes de ces insecticides selon l'agence européenne de l'alimentation.
DR

Le groupe chimique allemand BASF a annoncé la semaine dernière sa décision de saisir la Cour de justice de l’Union européenne pour contester la décision du comité permanent d’experts des Etats membres d’interdire le fipronil pendant deux ans. Le fipronil est la substance active d’un de ses pesticides-phares, le Regent. A compter du 31 décembre 2013, l’insecticide à large spectre, de la famille des phénylpyrazoles, ne pourra plus être utilisé pour le traitement des semences de maïs et de tournesol, mais restera autorisé pour certaines cultures sous serre, à l’exclusion des poireaux, des oignons et des brassicacées (comme les choux ou les radis).

 

Quatre pesticides restreints pendant deux ans

Un mois plus tôt, ce sera au tour de trois néonicotinoïdes, désignés comme responsables de l’effondrement des colonies d’abeilles et autres pollinisateurs, d'être interdits temporairement, suite à une décision de la Commission. Il s’agit de la clothianidine et de l'imidaclopride de Bayer et du thiaméthoxame de Syngenta. Les deux firmes agrochimiques avaient également saisi la Cour de justice de l’Union européenne pour contester la décision de la Commission.

 

Effets délétères pour les abeilles

En mai dernier, l’autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa) avait décidé de classer le fipronil sur la liste des insecticides aux effets délétères pour les abeilles. Cet insecticide «pose un risque aigu élevé pour les abeilles lorsqu'il est utilisé en tant que traitement des semences de maïs», concluait l’Efsa dans un communiqué, à l’issue d’une évaluation des risques associés au fipronil, consacrée plus particulièrement aux effets aigus et chroniques sur la survie et le développement des colonies d’abeilles, ainsi qu’aux effets des doses sublétales sur la mortalité et le comportement des abeilles. L’insecticide est interdit en France depuis 2005. Il est autorisé dans 5 pays européens (Bulgarie, Espagne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) et utilisé en Belgique, Pays-Bas et Roumanie, pour d'autres cultures que le maïs. Dans un communiqué, BASF considérait que «cette évaluation fait état de risques théoriques ne prenant malheureusement pas en compte les bonnes pratiques d’utilisation mises en place avec le monde agricole». Et de faire valoir que l’interdiction du produit dans l’Union européenne reviendrait «à ne pas tenir compte des facteurs multiples et complexes qui impactent la santé des abeilles, et n’aiderait donc en rien à les protéger».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus