Fin de la trêve pour les blaireaux britanniques

Le 27 août 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tous aux abris!
Tous aux abris!
DR

Le Royaume-Uni a donné mardi 26 août son feu vert à une deuxième campagne annuelle d’abattage des blaireaux. De nombreux doutes subsistent pourtant quant à l’efficacité d’une telle mesure pour lutter contre la tuberculose bovine.

Considéré comme le principal réservoir sauvage de la tuberculose bovine, maladie qui fait rage dans les élevages du sud-ouest de l’Angleterre, le blaireau se prépare à de nouveaux jours difficiles. En charge de la gestion de l’environnement naturel, l’agence Natural England vient en effet de décider le lancement d’une deuxième campagne d’abattage dans les comtés de Gloucester et du Somerset, avec un minimum de 961 et un maximum de 1.876 individus à abattre [1], contre 1.861 en 2013.

Voilà qui fait bondir les associations de défense des animaux, selon qui une telle campagne est aussi inhumaine qu’inefficace. Menée en 2013, la précédente avait en effet révélé la difficulté à abattre 70% des blaireaux dans les comtés concernés, seuil supposé efficace pour enrayer la tuberculose bovine dans les élevages.

Dans le Somerset, «seuls» 48% avaient ainsi été abattus, contre 39% dans le Gloucestershire. Or selon plusieurs experts d’épidémiologie animale, un abattage insuffisant pourrait au contraire attiser l’épidémie dans les élevages.

Le blaireau, bouc-émissaire idéal

Autre argument de poids pour les défenseurs des blaireaux, une étude publiée début juillet a montré que 84% des cas de tuberculose bovine étaient liés à l’échange de bovins entre élevages, ce qu’avait déjà montré un précédent rapport de la Commision européenne. A l’inverse, supprimer la circulation de la maladie dans la faune sauvage ne réduirait le nombre de cas que de 15% (voir le JDLE).

La position de Natural England suscite l’incompréhension de Badger Trust. Dans un communiqué, l’association s’indigne de cette décision, alors qu’elle a saisi la justice pour faire annuler ces campagnes.

Une enquête de police est par ailleurs en cours au sujet de celle de 2013: des chasseurs affiliés à l’une des sociétés en charge de l’abattage s’étaient alors fait pincer en train de pister des blaireaux, fusils chargés, sur un terrain de golf et à proximité d’habitations.

Selon Badger Trust, les autorités devraient plutôt s’inspirer du pays de Galles, qui est parvenu à réduire de moitié la prévalence de tuberculose bovine dans les élevages en 5 ans, en renforçant ses pratiques de biosécurité et en recourant à un dépistage annuel. Des mesures efficaces, mais jugées trop coûteuses par le gouvernement britannique.

[1] A savoir des maximums de 1091 dans le Gloucestershire et 785 dans le Somerset.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus