Fin de la polémique sur l’objectif des énergies renouvelables

Le 14 février 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Finalement, la «polémique» autour de l'objectif chiffré français en matière d'énergies renouvelables est due à de mauvaises estimations, selon Nathalie Kosciusko-Morizet.

Lors de la clôture du Grenelle de l'environnement, Nicolas Sarkozy avait affirmé que la France dépasserait l'objectif européen de 20% d'énergies renouvelables, adopté par les Etats membres de l'Union européenne en mars 2007. En janvier 2008, à quelques jours de la présentation du paquet Climat et énergie par le président de la Commission, José Manuel Barroso, le chef d'Etat français lui avait adressé une lettre indiquant que la France ne pourrait pas atteindre l'objectif donné par la Commission –soit 23% d'énergies renouvelables en 2020 (1). Un engagement du Grenelle venait donc d'être rompu.

Mercredi 13 février, lors des Journées de l'énergie 2008 organisées par le quotidien Les Echos, la secrétaire d'Etat chargée de l'écologie a expliqué que l'origine de «ce mauvais procès» était due aux chiffres utilisés. «La Commission et la France n'ont pas utilisé les mêmes chiffres pour estimer la capacité de production énergétique française en 2008, soit 37 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) pour la première, et 36 Mtep pour la seconde.» D'où des chiffres différents sortis des «moulinettes» française et européenne, et une petite différence –qui avait toute son importance dans le cadre du Grenelle– de 3%.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus