Feux: Singapour veut poursuivre les entreprises indonésiennes

Le 13 juin 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le grand voisin indonésien et la ville-Etat.
Le grand voisin indonésien et la ville-Etat.
DR

Les pays voisins de l’Indonésie suffoquent chaque année à cause des feux de forêts volontairement allumés par les producteurs d’huile de palme et de pâte à papier. Singapour menace les entreprises de poursuites. L’Indonésie s’y oppose.

Alors que la saison sèche va bientôt débuter en Indonésie, le pays vient de lancer un avertissement à son minuscule voisin. Car Singapour, noyé l’an passé sous les fumées âcres et toxiques des plantations en feu sur les îles de Sumatra et Kalimantan, entend appliquer une réglementation dédiée à ces pollutions transfrontières datant de 2014. Sur ce fondement, des personnes physiques comme des entreprises peuvent être poursuivies. Les autorités singapouriennes ont ainsi récemment convoqué 6 fournisseurs de l’une des plus grosses entreprises indonésiennes du secteur de la pulpe à papier. But de cette convocation: qu’ils expliquent leurs solutions pour éviter les feux de forêt sur leurs terres. Des manquements qui peuvent valoir aux intéressés des peines d’amende jusqu’à 74.000 dollars (65.594 euros) par jour d’incendie. L’agence nationale pour l’environnement a même obtenu un mandat d’arrestation pour un directeur indonésien qui n’a pas donné suite à une convocation de ce genre.

Souveraineté attaquée

Mais l’Indonésie ne l’entend pas de cette oreille. «La loi qui doit s’appliquer est celle de l’Indonésie», a déclaré ce 13 juin Jusuf Kalla, le vice-président indonésien. «Nous avons le soutien de la communauté internationale, déclarait quelques jours plus tôt Masagos Zulkifli, le ministre singapourien de l’environnement et des ressources aquatiques. Nous demandons seulement aux entreprises et à leurs directeurs de reconnaître et d’assumer ce qu’ils ont fait.» Mais pour l’Indonésie, ces poursuites mettent en jeu sa souveraineté. «En faisant cela, ils protègent leurs entreprises et, indirectement, encouragent la poursuite de tels acte, ce qui finalement affecte leur propre industrie», regrette Masagos Zulkifli

100.000 feux

Selon une étude réalisée par la Banque mondiale en décembre 2015, citée par un média indonésien, le coût de ces feux (allumés par l’homme pour ‘nettoyer’ la forêt et y planter des palmiers à huile ou des arbres ‘à papier’) s’élève à 16 Md$ (14,2 Md€) ou 1,9% du PIB pour la période allant de juin à octobre 2015. Environ 100.000 feux de cette sorte ont été recensés sur la même période, sur près de 2,6 millions d’hectares.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus