Feu vert judiciaire à la réouverture du réacteur japonais de Monju

Le 31 mai 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Cour Suprême du Japon a donné, lundi, son feu vert définitif à la réouverture de la centrale de Monju, site d’un grave incident nucléaire en 1995. La Cour Suprême a annulé le jugement d’un tribunal de Nagoya qui, saisi par des riverains demandant l’arrêt du réacteur, avait invalidé en 2003 l’autorisation d’exploitation accordée par le gouvernement en 1983. La Cour a donné raison à l’exécutif japonais qui soutenait que les mesures prises depuis l’accident permettaient une remise en marche de la centrale en toute sécurité. La centrale de Monju, (350 kilomètres à l’ouest de Tokyo), avait été fermée à la suite d’une fuite importante de liquide de refroidissement en décembre 1995, provoquée par des défauts de conception. L’incident n’avait fait aucun blessé et n’avait entraîné aucune fuite radioactive, mais le scandale avait éclaté quand des ouvriers et leurs supérieurs avaient cherché à étouffer l’affaire. Le gouvernement de Tokyo tentait depuis dix ans de relancer le réacteur de Monju, qui a coûté 6 milliards de dollars (4,6 millions d’euros) et est l’un des principaux projets du programme nucléaire nippon.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus