Feu vert à la construction de l’incinérateur d’Ivry Paris XIII

Le 03 octobre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le projet vise à reconstruire une unité d'incinération d'une capacité de 350.000 tonnes
Le projet vise à reconstruire une unité d'incinération d'une capacité de 350.000 tonnes

Le Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères de l’agglomération parisienne (Syctom) a annoncé, ce 3 octobre, avoir obtenu le permis de construire pour une nouvelle usine d’incinération à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

Après l’avis favorable des commissaires-enquêteurs en septembre, la délivrance du permis de construire. Malgré les nombreuses oppositions et les critiques de l’Autorité environnementale, le projet Ivry Paris XIII de reconstruction d’un incinérateur a obtenu ce sésame, le 28 septembre, du préfet du Val-de-Marne. «Cette délivrance a conduit le Syctom à autoriser la poursuite du marché de conception-construction-exploitation du projet à Ivry, permettant ainsi le démarrage des travaux d’une installation qui viendra remplacer l’usine d’incinération actuelle, dont la durée de vie ne peut être prolongée», écrit le Syndicat dans un communiqué.

Après ce permis de construire, qui comporte aussi un permis de démolir l’installation actuelle, le Syctom doit encore obtenir une autorisation d’exploiter, rendue après avis du Coderst .


Incinération et tri organique


Pour mémoire, le projet vise à construire une unité d’incinération à capacité réduite (350.000 tonnes contre 730.000 t aujourd’hui) et à y ajouter une unité de tri organique de 310.000 t (la méthanisation est abandonnée sur le site). Un projet faramineux, évalué à 1,8 milliard d’euros sur 23 ans, dont la mise en service est prévue en 2027.

En septembre 2015, les associations Zero Waste France et Collectif 3R avaient présenté un scénario alternatif –plan B’OM– évitant la reconstruction d’une unité d’incinération. Le Syctom a seulement annoncé qu’il étudierait et prendrait en compte les 12 actions listées par les ONG, suivant la recommandation de la Commission d’enquête.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus