Feu rouge au classement à l’Unesco des abords du canal du Midi

Le 07 septembre 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La commission d'enquête suggère d'étudier des solutions de classement moins contraignantes
La commission d'enquête suggère d'étudier des solutions de classement moins contraignantes

L’enquête publique censée délimiter les abords du canal du Midi en vue d'un classement au patrimoine mondial de l’Unesco s’est soldée par un avis négatif du commissaire-enquêteur, publié le 1er septembre par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) Midi-Pyrénées.

Réalisée entre le 7 avril et le 21 mai, cette enquête publique portait précisément sur le classement des sites du canal, des abords, de son système d’alimentation, du canal de jonction et de la Robine, sur les départements de l’Aude, de la Haute-Garonne, de l’Hérault et du Tarn. La commission d’enquête estime que l’inscription à l’Unesco n’est pas la seule solution en mesure d’apporter une protection et qu’il existe des solutions alternatives moins contraignantes, comme un plan local d’urbanisme (PLU) ou un schéma de cohérence territoriale (Scot), contrairement à la Dreal, favorable à une inscription au patrimoine mondial. La commission recommande par ailleurs d’ouvrir une enquête complémentaire sur les avantages et les inconvénients des modifications du projet. 

Selon le dossier de la commission d’enquête, ce classement impliquerait «la création d’une servitude d’utilité publique visant à préserver les terres agricoles, à limiter la pression de l’urbanisation tout en développant un tourisme équilibré et durable». Aujourd’hui, seules les infrastructures fluviales, c’est-à-dire le canal, les écluses et les ouvrages, sont protégées par leur classement au patrimoine mondial en date du 7 décembre 1996.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus