Fessenheim: les élus déposent les armes

Le 30 novembre 2017 par Olivier Descamps
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'arrêt définitif des deux réacteurs de Fessenheim demandera un effort de réindustrialisation du territoire.
L'arrêt définitif des deux réacteurs de Fessenheim demandera un effort de réindustrialisation du territoire.
EDF

Reçues, mercredi 29 novembre au ministère de la Transition écologique, les collectivités territoriales alsaciennes demandent un «pacte Fessenheim». L’enjeu s’annonce plus industriel qu’énergétique.

Il est loin le temps où Francis Rol-Tanguy, éphémère délégué interministériel chargé de la fermeture de Fessenheim était dépourvu de toute légitimité aux yeux des Alsaciens. Les représentants des collectivités riveraines de l’installation nucléaire condamnée à cesser son activité d’ici la fin du quinquennat se sont faits à l’idée. Et mercredi 29 novembre, ils ont répondu présents à l’invitation du secrétaire d’État à la Transition écologique Sébastien Lecornu pour dessiner les contours d’une marche vers la fermeture.

Poser les problèmes

Les députés locaux, le maire de Fessenheim et les présidents de la région, du département et de la communauté de communes considèrent toujours sur le fond que la décision politique n’est pas justifiée et qu’elle est « particulièrement injuste à l’égard des employés de la centrale, des habitants, des élus et des entreprises ». Ils applaudissent néanmoins le fait d’avoir été conviés à la table des négociations pour poser les problèmes.

Une zone franche ?

«La centrale génère 2.000 emplois directs et indirects, rappelle Gérard Hug, président de la Communauté de communes Pays Rhin Brisach. Beaucoup de familles vont être touchées. De même que l’ensemble des collectivités locales à travers la fiscalité. L’enjeu est de savoir comment l’État peut nous aider à retrouver cette activité». Un livre blanc est en cours de rédaction pour définir quelques pistes. Il semble nécessaire en particulier de revitaliser la zone industrielle située au nord de la ville avec des aides à l’aménagement et la construction de nouvelles infrastructures. La possibilité d’en faire une zone franche pour attirer davantage d’entreprises pourrait aussi être mise sur la table. Enfin, la question du nouvel approvisionnement énergétique des gros consommateurs du territoire ne devra pas oubliée.

Pacte ou CTES ?

L’ensemble des élus aimeraient que les recommandations de ce livre blanc fassent dans les semaines qui viennent l’objet d’un pacte formel et pérenne engageant l’État aux côtés des collectivités. Reste à savoir s’il intégrera la liste des contrats de transition écologique et solidaire (CTES) qu’entend signer le gouvernement. Sans répondre directement, Gérard Hug insiste sur un point: «si on veut une reconversion exemplaire, on devra dépasser la question énergétique».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus