Fessenheim: le chantier progresse

Le 20 décembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon l'ASN, le chantier arrive en phase finale
Selon l'ASN, le chantier arrive en phase finale

Les jours de la centrale nucléaire alsacienne sont, peut-être, comptés. Mais cela n’entame pas la détermination de son exploitant à l’améliorer, conformément aux recommandations faites, ces derniers mois, par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Suite à deux inspections, réalisées les 18 juillet et le 11 décembre, le gendarme du nucléaire français estime que l’avancement du chantier de l’installation dite «d’appoint ultime» arrive en phase finale.

Derrière ce barbarisme se cache un nouveau système d’injection d’eau dans le cœur du premier réacteur de Fessenheim, ultime moyen d’assurer son refroidissement en cas de perte des systèmes classiques. Dit autrement, ce nouveau dispositif, installé dans un gros bunker de béton, sera bien opérationnel d’ici le 31 décembre, conformément aux injonctions de l’ASN.

Second gros chantier, dont le démarrage est imminent: le radier de Fessenheim 1. Après examen, l’ASN a validé, le 18 décembre, le dossier présenté par EDF, malgré quelques réticences de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Dans une note mise en ligne le 19 décembre, le bras technique de l’ASN confirme que la solution proposée par EDF permettra de plus que doubler la résistance du radier à un cœur en fusion, mais rappelle que la présence d’eau «pourrait perturber l’étalement du corium et limiter les bénéfices de la modification».

Faute de réaction de l’ASN, le groupe présidé par Henri Proglio dispose donc d’un délai courant jusqu’au 30 juin prochain pour couler la dalle de béton qui permettra d’étendre la surface et de renforcer le dispositif de récupération du corium, en cas de fusion du cœur avec percement de la cuve.

Selon nos informations, Bouygues a déjà formulé un béton spécial (riche en silice et en fibres de polypropylène), capable de résister à des températures extrêmes (1.390°C) et à l’agression par des ferrailles en fusion.

Last but not least, l’ASN annonce qu’elle «prendra position» sur l’aptitude à la poursuite d’exploitation du second réacteur de la plus vieille centrale nucléaire de France dans le courant du premier semestre 2013. Une décision qui ne manquera pas d’intéresser Francis Rol-Tanguy, délégué interministériel chargé de la fermeture de la centrale de Fessenheim.

http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2012/Fessenheim-point-sur-le-respect-des-prescriptions-imposees-par-l-ASN#bottom

http://www.irsn.fr/FR/expertise/avis/avis-reacteurs/Pages/Avis-IRSN-2012-00519-EDF-Fessenheim.aspx



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus