Fessenheim: «Il faut attendre les conclusions de l’audit national»

Le 15 avril 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A partir du 18 avril prochain et pendant 200 jours, le réacteur n°2 de la plus vieille centrale nucléaire de France à Fessenheim va subir sa troisième visite décennale. Avec la montée des inquiétudes dues à l’accident de Fukushima (dans le JDLE), le conseil général du Haut-Rhin a demandé le 15 avril à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) d'attendre le résultat de l'audit national sur les installations nucléaires pour autoriser la poursuite de l'exploitation de l’installation.
 
La centrale est construite le long du canal d’Alsace, à environ 30 kilomètres des villes de Colmar et Mulhouse et 45 km de la ville de Bâle. Elle dispose de deux réacteurs à eau pressurisée, d'une puissance de près de 900 mégawatts chacun. «Le département du Haut-Rhin qui assure, depuis plus de trente ans, le fonctionnement de la Commission locale d’information et de surveillance (Clis) de Fessenheim a diligenté de nombreuses contre-expertises pour sans cesse obtenir l’amélioration de la sécurité de cette centrale», peut-on lire dans la motion votée à l'unanimité moins une abstention.
 
Compte tenu des risques potentiels et spécifiques à la région du Rhin supérieur (sismiques, hydrauliques), la motion exige qu’EDF, exploitant de cet établissement, apporte des réponses concrètes et rapides aux problématiques apparues à l’occasion des investigations indépendantes qui ont été réalisées. Il s’agit notamment du renforcement de la digue protégeant l’îlot nucléaire en cas de rupture de la digue du canal d’Alsace, des confortements éventuels de la centrale afin qu’elle résiste à un séisme de magnitude de 7,2 sur l’échelle de Richter, ou encore de la mise en place de plusieurs dispositifs pour assurer, dans tous les cas, le refroidissement de la centrale en cas d’incident sur le circuit existant.
 
C’est pourquoi le département «demande que la remise en route de la tranche 2 (de la centrale) ne soit pas effectuée, et que l'autorisation d'exploiter la tranche 1 pour les 10 ans à venir ne soit pas délivrée, avant de connaître les conclusions de l'audit national». Le gouvernement français a en effet ordonné un audit des installations nucléaires françaises dont les premières conclusions devront être rendues d'ici la fin de l'année.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus