Fessenheim coûte cher à EDF

Le 09 mars 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Fessenheim : la plus vieille centrale nucléaire de France en activité.
Fessenheim : la plus vieille centrale nucléaire de France en activité.
EDF

L’électricien a été condamné à la suite de sa mauvaise gestion d’un incident survenu en 2015.

Fessenheim porte décidément la poisse à son exploitant. Symbole de l’activisme anti-nucléaire du gouvernement actuel, la centrale alsacienne vaut désormais à son propriétaire une condamnation par le tribunal de police de Guebwiller (Haut-Rhin).

Le 28 février 2015, une conduite d’eau sous pression mais non radioactive s’était rompue, inondant en partie la salle des machines de la première tranche de la centrale alsacienne. Logiquement, le réacteur avait été arrêté.

Gros défaut d'étanchéité

Evoquant un simple «défaut d’étanchéité», EDF avait colmaté la fuite: plus de 100 mètres cube s'étaient répandus. Laquelle s’était rouverte, 10 jours plus tard, sous le nez des… inspecteurs de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). L’ASN avait alors tancé l’électricien pour le «manque de rigueur» dans sa gestion de l’incident.

Aucune mansuétude, en revanche, à attendre d’associations anti-nucléaire. Cinq d’entre elles avaient déposé plainte le 21 avril 2016[1]. La justice leur a donné raison en condamnant EDF à 7.000 euros d’amende et à 9.000 € de dommages et intérêts pour trois des cinq plaignants.

EDF se réserve le droit d’interjeter appel.

Arrêt ou encore?

Au cœur de la programmation énergétique française, Fessenheim devra en principe être arrêtée lorsque la centrale EPR de Flamanville (Manche) sera mise en service. Contesté par EDF, cet arrêt définitif intervient alors que la plus vieille centrale de France a été autorisée à fonctionner jusqu’en 2021 (tranche 1) et 2023 (tranche 2).

Conformément aux demandes de l’ASN, EDF y a effectué d’importants et coûteux travaux: renforcement des radiers sous les cuves des réacteurs, nouvelle alimentation en eau des circuits de refroidissement, bunkérisation de certains systèmes de commande.



[1] Les plaignants sont le rRéseau Sortir du nucléaire, Stop Transport-Halte au nucléaire, Stop Fessenheim, CSFR, Alsace Nature.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus