Faute de réacteur, Séoul pourrait se mettre à la diète électrique

Le 05 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une centrale technologiquement proche du palier 900 MW français.
Une centrale technologiquement proche du palier 900 MW français.

La Corée du Sud risque d'enregistrer d’importantes pénuries d'électricité cet hiver, après la fermeture ce lundi 5 novembre de deux réacteurs nucléaires, alors que le réseau électrique du pays est déjà chroniquement déficitaire, a indiqué le gouvernement.

Les réacteurs de la centrale de Yeonggwang (des REP Westinghouse de 950 mégawatts électriques) ont été arrêtés après la détection de composants annexes n'ayant pas reçu les certifications officielles. Ils pourraient rester hors service jusqu'au début de l'année prochaine, a prévenu le ministre de l'économie Hong Suk-Woo.

«Des contrôles de sécurité exhaustifs sont nécessaires sur les deux réacteurs où les composants non certifiés étaient abondants» et «il est inévitable que nous connaîtrons des pénuries d'électricité sans précédent pendant l'hiver», a-t-il précisé.

Le ministre a assuré que cet incident était sans rapport avec la série de dysfonctionnements constatés depuis le début de l'année sur plusieurs réacteurs sud-coréens.

En octobre, un réacteur avait été arrêté en raison d'une défaillance des barres de contrôle. Un second réacteur s'était arrêté automatiquement en raison d'un défaut de fonctionnement d'une pompe d'approvisionnement en eau de refroidissement. En juillet déjà, un autre réacteur de 1.000 MW s'était arrêté automatiquement après un incident similaire.

Si les deux réacteurs de la centrale de Yeonggwang n'étaient pas relancés rapidement, les réserves d'électricité du pays chuteraient à 300.000 kilowatts alors que le gouvernement poursuit un objectif de 4,5 millions de kilowatts, précise l’AFP.

«Les autorités énergétiques préparent un plan d'urgence pour l'approvisionnement en électricité qui sera mis en œuvre à la mi-novembre», a ajouté le ministre de l'économie.

Le parquet a été saisi afin d'identifier les fournisseurs soupçonnés d'avoir produit de faux certificats de conformité et établir d'éventuelles complicités au sein des opérateurs publics Korea Hydro et Nuclear Power.

En Corée du Sud, les composants d'une centrale nucléaire doivent recueillir une certification de l'un des 12 organismes internationaux agréés par Séoul. Huit fournisseurs cités par le ministre ont falsifié 60 garanties couvrant près de 7.700 pièces.

En juillet, la justice avait annoncé la mise en examen pour corruption de 32 employés de Korea Hydro and Nuclear Power soupçonnés d'avoir touché des pots-de-vin de la part de fournisseurs.

La Corée du Sud, dont le réseau -en sous-capacité- est durement mis à l'épreuve pendant les pics de température, compte sur son sol 23 réacteurs nucléaires, qui fournissent environ 35%



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus