FAO: toujours plus de poissons produits et gâchés

Le 09 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'anchois du Pérou est l'une des espèces les plus pêchées au monde
L'anchois du Pérou est l'une des espèces les plus pêchées au monde

La production halieutique a atteint un nouveau record en 2016 avec 171 millions de tonnes de poissons issus de l’aquaculture et de la pêche marine et en eau douce. La consommation par habitant augmente, tout comme la surpêche, selon le rapport publié ce 9 juillet par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

 

Trop de bateaux et pas assez de poissons à pêcher. Le dernier rapport bisannuel de la FAO sur la situation mondiale des pêches et de l’aquaculture, dit rapport Sofia, avertit que «le monde a modifié son approche vis-à-vis des pêches durables, avec une surcapacité et une situation des stocks qui s’aggravent de plus en plus dans les pays en développement».

Captures stables

Globalement, le volume de captures reste à peu près stable depuis le début des années 1990, avec 90,9 millions de tonnes en 2016, dont 79,3 Mt en provenance des océans et 11,6 Mt des rivières. Les prises marines ont toutefois baissé de 2 Mt par rapport à l’année précédente, en particulier à cause des fluctuations des populations d’anchois péruviens (Engraulis ringens) générées par le phénomène climatique El Nin?o.

Les captures des pêcheurs de Chine, le plus grand producteur mondial, étaient stables en 2016, mais devraient enregistrer une baisse de plus de 5 Mt d’ici 2020. Le fruit d’une politique de réduction progressive des captures mise en œuvre dans le cadre du 13e plan quinquennal (2016-2020).

Les poissons ont la cote / Les Humains ont directement consommé 88% des 171 millions de tonnes de poissons capturés ou élevés en 2016.

Consommation en hausse continue

La consommation humaine de poissons étant de plus en plus importante, la pression devient plus forte sur les ressources halieutiques. Chaque Terrien a avalé en moyenne 20,4 kilogrammes de poissons en 2016. Soit plus du double par rapport aux années 1960, et 16% de plus qu’au début des années 2010. Cette progression dépasse la croissance démographique.

En 2016, le lieu d’Alaska (Theragra chalcogramma) reste l’espèce la plus pêchée, avec un record des prises depuis 1998. La flotte de pêche n’a pas non plus changé, avec 4,6 millions de navires dans le monde, dont les trois quarts sont immatriculés en Asie.

Une surpêche «inquiétante»

En même temps, la surpêche gagne du terrain. Un tiers des espèces commerciales sont pêchées à des niveaux incompatibles avec leur cycle biologique, contre 28,8% en 2012. Une situation que le rapport Sofia 2018 décrit comme «inquiétante». Il y a près de 40 ans, ce taux ne dépassait pas 10%. La surpêche touche surtout la Méditerranée, la mer Noire et le Pacifique Sud-Est où plus de 60% des stocks sont exploités de façon non durable.

Pour contrebalancer cette dérive, la FAO recommande de mettre rapidement en place des partenariats efficaces entre le monde en développement et le monde développé, en particulier en termes de coordination politique, de mobilisation des ressources financières et humaines et de déploiement de technologies de pointe, notamment pour surveiller les pêcheries. Ces mesures s’imposent d’autant plus que la production des produits de la mer devrait fléchir de 6% à cause du réchauffement climatique.

La croissance de l’aquaculture ralentit

Quant à l’aquaculture (plantes aquatiques comprises), la production continue à croître, mais à un rythme plus faible. Elle a atteint 80 Mt en 2016, enregistrant une croissance annuelle de 5,8% entre 2010 et 2016, en baisse de 10% par rapport aux années 80 et 90.

Si les fermes aquacoles représentent 46,8% de la production halieutique, elles fournissent 53% des poissons consommés pour l’alimentation humaine. Un résultat imputable à son essor rapide comme aux importants rejets de la pêche marine: 35% des prises ont en effet été jetées en 2016.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus