Famar: actions préventives contre les TMS

Le 02 juin 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Depuis un an, l'entreprise pharmaceutique Famar développe dans son usine du Loiret une démarche pour réduire la pénibilité des postes de travail. Première cible: un atelier de conditionnement où travaillent des opérateurs présentant des troubles musculosquelettiques (TMS).

Mi 2004, la société de sous-traitance pharmaceutique Famar (chiffre d'affaires de 43 millions d'euros) se trouve devant une décision importante. La hausse de l'activité de conditionnement manuel nécessite de mettre en place un véritable atelier de conditionnement, constitué jusqu'alors «d'une table et de quatre chaises», d'après Edouard Maysonnave, ingénieur industriel. Par ailleurs, cet atelier doit permettre de maintenir l'emploi des opérateurs dont les difficultés physiques les empêchent de travailler sur les lignes de production haute cadence.

 «Il nous a fallu dès la phase de la conception réfléchir à un mode de travail compatibles avec celui des personnes présentant des inaptitudes physiques», explique Elisabeth Desmonts, responsable de coordination des processus de production. Avec l'aide de l'Association nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact), Elisabeth Desmonts et Edouard Maysonnave se forment alors aux problématiques de l'ergonomie et des TMS. Ils forment en outre un groupe de travail incluant deux opérateurs, l'infirmière de l'usine et le médecin du travail.

L'atelier de conditionnement, qui regroupe une quinzaine de salariés, se consacre à trois activités principales. Une réorganisation (humaine et technique) pour le conditionnement de solutions buvables de 130 millilitres (ml), réalisée enmars, permet de procéder au remplissage, à l'étiquetage et au conditionnement en ligne en supprimant toutes étapes intermédiaires de stockage et déstockage. Concernant l'ajout d'une petite cuillère ou d'un godet dans les étuis de sirop et le conditionnement en vrac de tubes effervescents, le groupe de travail conçoit une table ergonomique réglable. Cet équipement est muni d'un support pour transférer de la palette sur la table les caisses de 14,4 kilogrammes contenant les conditionnements, et d'une scotcheuse automatique. Pour chacune des activités, l'objectif est de diminuer le nombre de manipulations et les étapes qui sollicitent les muscles afin de diminuer le risque de TMS.

Au total, Famar a investi 50.000 euros dans les différents appareils et la remise à neuf de l'atelier manuel.«Le bilan apparaît globalement positif pour les opérateurs, estime Elisabeth Desmonts. De plus, en améliorant les conditions de travail et en organisant l'activité, nous avons gagné en productivité.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus