Faible radioactivité en france

Le 28 décembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

D'après le bilan annuel 2006 de la surveillance de la radioactivité de l'environnement en France métropolitaine, les niveaux de radioactivité mesurés grâce à des réseaux permanents de balises sont globalement faibles sur l'ensemble du territoire français. Dans un communiqué, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) précise que 31.000 prélèvements ont été analysés par ses laboratoires. Les niveaux de radioactivité sont faibles, c'est-à-dire «proches ou en-deçà des limites de détection des instruments de mesure utilisés, à l'instar des années précédentes (...), y compris autour des installations nucléaires, et des événements radiologiques sont rarement détectés par les réseaux de surveillance de l'institut».

Selon l'IRSN, des traces de radioactivité sont parfois détectées autour des installations nucléaires et des centres hospitaliers ayant un service de médecine nucléaire, ainsi que dans d'autres zones affectées par les retombées des 543 essais atmosphériques d'armes nucléaires entre 1945 et 1980 et par la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

Trois événements d'augmentation du niveau de radioactivité ont été enregistrés, dont deux sont d'origine naturelle (conditions météorologiques exceptionnelles), et un d'origine artificielle qui était lié à un rejet gazeux de tritium sur le site du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Valduc (Côte d'Or).




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus