Facture d’énergie: 8 Français sur 10 sont inquiets

Le 30 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
42% des Français ont réduit le chauffage l'hiver dernier
42% des Français ont réduit le chauffage l'hiver dernier

Alors que la proposition de loi Brottes sur la tarification progressive risque de se faire torpiller, ce 30 octobre, en séance publique au Sénat, l’énergie n’a jamais autant préoccupé les Français, selon le baromètre annuel publié par le médiateur national de l’énergie.

Environ 8 français sur 10 estiment que la consommation d’énergie est un sujet de préoccupation important, révèle ce 30 octobre le baromètre, réalisé à partir d’un sondage CSA (1).

Ce niveau n’avait jamais été atteint. L’an dernier, 75% des Français se disaient préoccupés, et l’année d’avant seulement 70%.

Cette inquiétude concerne toutes les énergies. 78% des Français consommant exclusivement de l’électricité sont concernés, tout comme 80% des foyers utilisant le gaz et l’électricité.

Le montant de la facture est bien sûr à l’origine de cette tendance puisque 65% des foyers trouvent que la part accordée aux dépenses de gaz et d’électricité est importante.

Hausse du prix du gaz oblige, les consommateurs de gaz et d’électricité soulignent logiquement que cette facture est croissante (71% d’entre eux contre 60% des consommateurs exclusifs d’électricité).

Résultat: 42% des foyers ont restreint leur chauffage au cours de l’hiver dernier pour limiter les dépenses. Cette réaction se répand chez les 65 ans et + (49%) tandis qu’1 Français sur 10 rencontre des difficultés pour payer les factures. Le médiateur national de l’énergie est de plus en plus sollicité par des problèmes d’impayés (voir JDLE).

Quant à l’avenir, une écrasante majorité de foyers (97%) anticipent une nouvelle hausse dans les prochains mois.

La tarification progressive, débattue ce 30 octobre en séance publique au Sénat, pourra-t-elle changer la donne? En tout cas, la proposition n’est connue que de 40% des Français. Une fois le mécanisme compris, une courte majorité s’y déclare favorable (51%).

Ceux-ci estiment que la consommation sera réduite et que l’effet sera bénéfique pour l’environnement (61%). Quant à l’impact sur la facture, les Français ne s’attendent pas à des miracles. 50% pensent qu’elle pourrait au contraire augmenter, malgré la tarification progressive.

De toute façon, le vote de la proposition, qui instaure un système de bonus-malus et étend les tarifs sociaux (voir JDLE) s’avère mal engagé. Le texte a en effet été retoqué, le 23 octobre, par la commission des affaires économiques du Sénat en raison de l’alliance des groupes communiste, centriste et UMP pour adopter une motion d’irrecevabilité. Dans la foulée, le rapporteur Roland Courteau a démissionné, estimant qu’il était désormais impossible de réformer un système pourtant contesté à l’Assemblée en raison de son extrême complexité (voir JDLE).

«Le temps presse pour les plus précaires», a déclaré à l’AFP Bruno Lechevin, délégué général du médiateur. «Si jamais il s'avérait que les dispositions législatives telles que voulues par le gouvernement ne puissent pas être mises en œuvre avant la période de grand froid pour des raisons de calendrier, il faudrait espérer que les opérateurs appliquent d'eux-mêmes une trêve hivernale des coupures de manière volontaire», poursuit-il.

(1) Sondage réalisé du 5 au 12 septembre 2012 auprès d’un échantillon représentatif de 1.503 foyers

http://www.energie-mediateur.fr/actualites/detail_actualites/article/6eme-edition-du-barometre-annuel-energie-info-sur-louverture-des-marches.html

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus