Evolution des paysages liés aux espaces protégés

Le 04 octobre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans son 4-pages du mois d'octobre, l'Institut français de l'environnement (Ifen) analyse les changements dans l'occupation des sols au sein des espaces protégés, mais aussi dans leur environnement proche. Il apparaît que le taux d'artificialisation des espaces protégés par rapport au reste du territoire métropolitain est faible et qu'il est nul dans le coeur des parcs nationaux. Toutefois, l'artificialisation s'avère très forte autour des sites du Conservatoire du littoral, et «dans une moindre mesure, autour des zones humides ‘Ramsar' (1), des sites Natura 2000 et des réserves naturelles».

Les zones humides et les milieux aquatiques sont bien présents dans la majorité des types d'espaces protégés, mais leur surface est peu importante dans les parcs nationaux et les réserves biologiques. Ils sont par ailleurs beaucoup moins représentés autour des espaces protégés. Une diminution des prairies de 0,13% du territoire métropolitain a été mesurée. Les parcs naturels régionaux (PNR) sont concernés dans ces proportions, et les sites Ramsar sont les espaces protégés les plus touchés avec une perte nette de prairies 3,6 fois plus élevée qu'au niveau national. «Au-delà des tendances générales, la situation de chaque espace dépend de son niveau de protection, du contexte régional et de sa spécificité», note toutefois l'Ifen.



(1) convention sur les zones humides






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus