Evaluation des risques liés à l'exposition aux nanoparticules d’argent : avis de l'Anses

Le 26 mars 2015 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 16/03/2015 par Laurine Arnaud


Substances indésirables> Contaminants
 
Dans un communiqué du 3 mars 2015, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) annonce la publication des résultats de l'évaluation qu'elle a menée sur les risques sanitaires et environnementaux liés à l’exposition aux nanoparticules d’argent. Ces substances sont utilisées dans un grand nombre d’applications industrielles, notamment dans les secteurs de l’alimentation (additifs, emballages alimentaires, revêtements internes de réfrigérateurs, etc.). L’intégration de ces nanoparticules dans des articles commerciaux est réputée répondre principalement à des finalités antibactériennes et antifongiques.
 
L'Anses a rendu cette évaluation après avoir été saisie, le 10 août 2011, par la Direction générale de la santé (DGS), la Direction générale du travail (DGT), la Direction générale de l’alimentation (DGAL), la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) afin  :
- d'analyser les éventuelles différences existant entre les connaissances scientifiques sur lesquelles se sont fondés les travaux de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (Bundesinstitut für Risikobewertung - BfR) d’une part et ceux de l’Anses d’autre part ;
- de mettre à jour l’évaluation des risques liés au nano-argent pour la population générale, pour les travailleurs, pour l’alimentation et pour l’environnement, compte tenu notamment de l’existence de nouvelles publications scientifiques parues depuis la rédaction des rapports de l’Anses et du BfR.
 
Dans ses conclusions, l'Anses recommande entre autres :
 
- d’encourager les travaux de recherche dans les domaines de la caractérisation physicochimique, l’évaluation de l’exposition, de la toxicologie et de l’écotoxicologie, de l’évaluation de l’efficacité antibactérienne et de la résistance bactérienne ;
- de renforcer la traçabilité des données et l’information des consommateurs sur les produits contenant des nanoparticules d’argent ;
 
Par ailleurs, elle rappelle que, dans le cadre de la directive 2002/46/CE du 10 juin 2002 relative au rapprochement des législations des États membres concernant les compléments alimentaires, l’argent ne figure pas dans la liste des minéraux pouvant être utilisés pour la fabrication des compléments alimentaires, qu’il soit sous forme nanoparticulaire ou non. Compte tenu de la présence de nano-argent dans des compléments alimentaires distribués notamment par le biais du commerce en ligne, l’Agence recommande de renforcer l’information des consommateurs et le contrôle de la distribution de ces compléments alimentaires qui contiendraient des nanoparticules d’argent.
 
Enfin, l’Anses recommande de limiter l’usage des nanoparticules d’argent (production, transformation, utilisation) aux applications dont l’utilité est clairement démontrée et pour lesquelles la balance des bénéfices pour la santé humaine au regard des risques pour l’environnement est positive.
 
Pour rappel, en novembre 2014, le Parlement européen a proposé un projet de texte visant à soumettre à autorisation préalable l'utilisation des nanomatériaux dans l'alimentation. Selon les eurodéputés les nanomatériaux pourraient avoir des répercussions sur la sécurité des aliments et ne devraient donc être autorisés qu'après avoir été approuvés par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa).
 
Sources :
 
 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus