Eutrophisation: la France enfin à jour

Le 24 février 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Grâce à la parution, le 22 février, des arrêtés préfectoraux portant extension des zones sensibles à l’eutrophisation pour les bassins Artois-Picardie, Loire-Bretagne, Seine-Normandie et Rhône-Méditerranée, la France se met enfin en conformité avec la réglementation européenne. La France avait été condamnée le 23 septembre 2004 par la Cour de justice des Communautés européennes pour identification incomplète de ces zones sensibles. C’est désormais chose faite. Selon un communiqué du ministère chargé de l’environnement «la totalité des eaux de surface intérieures et littorales des bassins Artois-Picardie, Seine-Normandie et Loire-Bretagne, à l’exception des eaux littorales vendéennes seront bientôt classées. Pour le bassin Rhône-Méditerranée, cette extension porte sur l’étang de Thau et le fleuve Vistre ainsi que leurs bassins versants respectifs.» Ce classement permettra d’améliorer les performances de traitement des stations d’épuration des eaux usées urbaines en ce qui concerne l’élimination des pollutions azotées et phosphorées qui, rejetées dans les eaux de surface, contribuent à leur eutrophisation. On rappellera que l’eutrophisation des eaux de surface résulte de leur enrichissement en matières nutritives azotées et phosphorées. Elle se traduit par un développement excessif de la flore aquatique dans les rivières et en mer, en particulier par des «marées vertes». Ce développement entraîne un manque d'oxygénation du milieu aquatique du fait de la décomposition de cette flore, ce qui occasionne la disparition d’espèces animales et végétales sensibles. L’eutrophisation constitue également un problème majeur pour les activités humaines dans la mesure où elle oblige à mettre en place des traitements supplémentaires coûteux pour la production d’eau potable. De même, les baignades, la navigation de plaisance et la pêche sont rendues difficiles, voire impossibles, du fait des excès de végétaux dans l’eau. Enfin, l’eutrophisation constitue un risque important pour les activités aquacoles et conchylicoles.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus