Eurovignette: prise en compte de l'environnement

Le 26 avril 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Renault Trucks
Renault Trucks

Les ministres chargés des transports de l'Union européenne ont trouvé un accord politique, le 21 avril, sur la tarification des poids-lourds pour l'utilisation des infrastructures routières de transport routier.

La future directive «Eurovignette» vise à créer un système de tarification dans lequel les prix pour le transport payés par les usagers reflètent les coûts liés à l'utilisation des infrastructures Ce dossier a été suivi par les présidences italienne, irlandaise et néerlandaise sans qu'un accord n'ait pu être trouvé pour modifier la directive de 1999. Selon un communiqué de la Commission, le différend a opposé les «Etats périphériques désireux de ne pas voir alourdis les coûts de transports, aux pays de transit qui souhaitent pouvoir taxer l'usage de leurs infrastructures pour assurer leur financement et pour pouvoir prendre en compte l'impact environnemental.»

Car la directive qui doit être mise en place doit permettre de lutter contre la congestion et les dommages environnementaux. «Les règles sur la variation des taux de péage permettent par exemple aux Etats membres de doubler les taux de péage afin d'encourager les camions moins pollueurs ou de fixer un taux zéro à certaines heures de la journée pour résorber la congestion», indique un communiqué de la présidence luxembourgeoise.  En outre, une majoration de la taxation de 15% sera possible pour financer les projets d'infrastructures alternatifs. L'Autriche a même obtenu une majoration de 25% pour les projets transfrontaliers, et notamment pour son projet de tunnel ferroviaire italo-autrichien au Brenner.

La position du Conseil devrait être adoptée formellement lors d'une de ses prochaines sessions. L'accord devra alors être débattu au Parlement européen dans le cadre de la procédure de codécision. Or, «les discussions avec le Parlement européen s'annoncent difficile au regard de l'écart qui subsiste entre la position du Conseil et la position du Parlement européen», souligne Lucien Lux, président du Conseil transports et ministre luxembourgeois chargé des transports et de l'environnement.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus